Spread the love

jeunAprès cinq jours de formation sur les techniques de production audiovisuelle avec smartphone, plusieurs jeunes formés dans le quartier Ladji à Cotonou ont procédé, vendredi 28 juin 2019, à une restitution. L’initiative entre dans le cadre du projet e-Pop (Petites ondes participatives) un réseau d’observation, d’information et d’échanges citoyens sur les changements climatiques et environnementaux menaçant les populations locales.

Pour rendre compte des conséquences directes des changements liés au réchauffement climatique qui affectent leur environnement, des jeunes béninois résidant dans le quartier Ladji, 6ème arrondissement de Cotonou ont réalisé plusieurs vidéos. Au total, 13 courtes vidéos ont été projetées en présence du chef quartier, des sages et notables. Ces réalisations donnent un écho des  témoignages, constats et interrogations des populations de ce quartier confrontées à plusieurs problèmes environnementaux. Il s’agit, entre autres, de la pollution du lac Nokoué et de sa berge lagunaire, du comblement de cet écosystème par le déversement sauvage des ordures ménagères, des problèmes de défécation à l’air libre causant des maladies.Mairie Auxiliatrice Da Silveira, porte-parole des participants à cet atelier de formation ePop, a notamment remercié l’Ird et ses partenaires pour l’occasion à eux accordée et qui leur a permis d’apprendre de nouvelles notions et de savoir que le téléphone portable peut être utilisé pour impacter positivement la communauté. Selon Nicolas Etienne Sohou N’Gani, coordonnateur Afrique du projet ePop et formateur des participants, les vidéos enregistrées ont permis aux jeunes de se mirer dans leur environnement et de prendre conscience de l’enjeu de le protéger. « Pour moi, c’est une satisfaction puisqu’ils ont compris qu’il est de leur responsabilité de trouver des solutions pour la plupart des problèmes liés aux mauvais comportements des habitants. Il leur revient d’être des ambassadeurs face aux conséquences des changements climatiques », a-t-il déclaré. Florent Engelmann, représentant de l’Institut de recherche et du développement Irdau Bénin, a promis, pour sa part, le développement des projets de recherche en collaboration avec des partenaires pour l’amélioration des conditions de vie des populations de Ladji. Le Projet e-PoP (Petites Ondes Participatives) est un réseau international de jeunes qui réalisent des capsules audiovisuelles pour saisir le ressenti des populations locales face aux conséquences concrètes du réchauffement climatique.La présente formation est la première en Afrique puisqu’après la phase pilote du projet dans le pacifique sud, il est devenu un projet mondial. Au total, huit pays africains sont retenus dont le Togo, la Côte d’Ivoire et le Bénin.

Marcus Koudjènoumè