Spread the love

charles-toko1Le conseiller Municipal Charles Toko succède à Karimou Souradjou à la tête de la mairie de Parakou. Il a été plébiscité par 23 conseillers sur les 24 présents. L’élection a eu lieu dans l’après-midi de ce lundi 3 octobre à l’hôtel de ville.

Charles Toko est désormais le nouveau maire de la ville de Parakou. Seul candidat en lice, il  a obtenu 23 voix sur les 24 conseillers présents. Au total, onze des seize  conseillers Forces Cauris pour un Bénin Emergent Fcbe ont accordé leur suffrage pour l’élection du nouvel homme fort de Parakou. Chabi Mama, un des conseillers Fcbe dissident a proposé au nom des onze conseillers verts la candidature de l’un des premiers soutiens de l’actuel chef d’Etat Patrice Talon. « Tout s’est bien passé et c’est la liste majoritaire qui a proposé le candidat Charles Toko » a déclaré le chef du 2ème arrondissement de Parakou  Idrissou Sylla. « ll s’agit d’une lourde responsabilité, nul ne sera de trop, c’est à l’œuvre qu’on reconnaîtra l’artisan » Ainsi se résume les premiers mots du numéro 1 de la cité des Kobourou qui confie qu’il a un plan d’urgence à mettre en exécution durant les trois prochains mois. « Nous allons consulter notre base pour voir les priorités de la ville de Parakou afin de confectionner notre propre budget pour 2017 » a-t-il ajouté. Charles Toko succède donc à Souradjou Karimou  à qui Vingt conseillers municipaux ont retiré leur confiance à la suite d’un vote de défiance le lundi 19 septembre dernier à la mairie de Parakou. Le nouveau maire de Parakou est issu de l’alliance soleil dirigé par l’actuel ministre de l’intérieur Sacca lafia. A 50 ans Charles Toko se retrouve aux commandes de la troisième ville à statut particulier du pays après quelques tentatives pour l’assemblée nationale. Son entrée en politique date d’une décennie. Il a joué un rôle important dans l’avènement de l’ancien président Boni Yayi au pouvoir en 2006. Le nouveau maire est titulaire d’une maitrise en sciences juridiques obtenu à l’Université Nationale du Bénin. Il créa en 1997 le groupe de presse le matinal avec le quotidien éponyme après avoir fait ses premières armes au sein du journal universitaire le Héraut dont il a été le directeur de publication  en 1994.

Marcus Koudjènoumè