Spread the love
GANIOU-ET-SOGLO
Galiou Soglo (à gauche) a ravi la vedette à Léhady

L’alliance Fcbe-Rb-Prd jugée scandaleuse par une large partie de l’opinion publique a réveillé le virus de la division au sein de la famille Soglo. Léhady est seul contre tous. Hier, c’était tous contre Galiou. Cette situation n’est pas une première.

Dans cet environnement politique où c’est presque une logique de voir que ce sont les intérêts personnels et égoïstes qui emportent tout, y compris la raison et les fondements de la société, il faut essayer de situer chaque évènement dans son contexte. Les évènements de ces derniers temps s’inscrivent dans le cadre de l’élection présidentielle de février 2016. Au regard de leur importance, ils alimentent les conversations et les débats. Ils constituent les choux gras des journaux et le menu principal des plateaux de radios et de télévisions. Cela ne manque pas aussi de conséquence dans les familles politiques. C’est le cas chez les Soglo, propriétaires de la Renaissance du Bénin depuis sa création. Ce qui fait débat, c’est le soutien de ce parti au candidat Lionel Zinsou. Un soutien concédé par Léhady Soglo, président de la Rb, contre le gré de son papa, Nicéphore Soglo, ancien président de la République, président d’honneur du parti. La virulence de ce dernier contre la candidature de Lionel Zinsou dans la précampagne a sans doute reçu l’adhésion de bon nombre de citoyens et surtout des militants de la Renaissance du Bénin. Ce vendredi quelques centaines d’admirateurs de Nicéphore Soglo étaient à son domicile à la Haie-vive à Cotonou pour lui signifier leur soutien à son combat , celui de dénoncer les moyens de l’Etat qui sont mis au profit de Lionel Zinsou dans cette précampagne de la présidentielle et surtout de faire échec aux manœuvres qui tendent à l’imposer à tout prix comme le prochain président de la République. L’ancien président de la République officiellement en campagne depuis le 05 janvier contre la candidature du franco-béninois justifie sa position par son souci de préserver les intérêts supérieurs de la Nation contre la pratique de la françafrique qui n’a pour but que de s’accaparer des ressources du pays. Nicéphore Soglo considère que Lionel Zinsou est en mission pour la France et servira la France au détriment du Bénin. Dans cette campagne, le président d’honneur de la Rb est soutenu par son épouse Rosine Vieyra et l’autre fils, Galiou. Présent à côté de son papa lors des différentes rencontres, le 30 décembre 2015 à leur domicile avec des leaders de la classe politique, le 05 janvier au Chant d’oiseau à Cotonou et le vendredi dernier lors d’une manifestation de soutien au leader charismatique de la Rb, Galiou semble filer désormais le parfait amour avec ses parents et commence par éclipser son frère Léhady, président du parti et maire de Cotonou. Dans ce que Nicéphore Soglo appelle « la haute trahison » du fait du ralliement contre nature de la Rb au candidat de Yayi, qu’ils ont pourtant combattu, Léhady, traité de tous les noms d’oiseau est au centre de tous les procès.

 Léhady exaspère la colère de son père

 En concédant le soutien de la Rb à Lionel Zinsou, il se met en porte à faux avec sa famille et défie presque son papa qui a promis mener son combat jusqu’à son dernier souffle. Léhady ne s’en émeut point et multiplie de son côté des rencontres avec les élus et les militants du parti pour les convaincre de son choix. Son message a du mal à passer contrairement aux slogans anti-français dont son papa est devenu le chantre. C’est dire que la sympathie de la population et des militants « houézèhouè » va plus du côté de Nicéphore, Rosine et Galiou. Tous les trois ne se reconnaissent pas à travers le choix de Léhady Soglo dont la popularité est considérablement en baisse dans les fiefs du parti. En lui confiant la direction de la Rb en 2010, sa mission était de renforcer les racines de la famille des « houézèhouè ». Ce but n’est toujours pas atteint. On lui reproche souvent sa politique cavalière et sa culture de diviser pour régner. L’on constate plutôt que de plus en plus, il montre des penchants pour ses intérêts personnels. Sa tutelle est sérieusement mise à rude épreuve depuis quelque temps. Mais, la goûte d’eau qui a fait déborder le vase, est son soutien au candidat de Yayi Boni. Un acte de haute trahison, s’offusque son père Nicéphore Soglo. Tombé en disgrâce avec ses géniteurs, le maire de Cotonou est en difficulté.

A qui profite la situation ?

 La situation profite à son frère Galiou, qui s’installe dans l’entourage du père. Economiste de formation, Galiou a souvent été au centre des critiques de ceux qui le considèrent comme le rebelle de la famille Soglo. Son entrée au gouvernement de Yayi I sans l’accord du parti, lui a valu tout un procès. Ministre des sports puis de la Culture, sa gestion du pouvoir aux côtés de Yayi a sonné comme un affront face au couple Soglo, qui ne soutenait pas les actions du chef de l’Etat. Nicéphore Soglo en colère à l’époque a fini par faire baisser la tension suite à l’intervention des notables et sages d’Abomey et de Bohicon. Aujourd’hui sa colère se retourne contre Léhady, pendant que Galiou semble avoir toutes les bénédictions parentales. Galiou l’enfant « choucou » et « obéissant » fait la fierté du couple. Comme on peut s’en rendre compte, les Soglo sont une fois encore divisés. Leur éternel bourreau, Yayi Boni est à la manœuvre. Jusqu’à quand ? Le temps de la présidentielle sans doute.

 FN