Spread the love

Dona Vigan 1L’émission sociopolitique « Cartes sur table » de Océan Fm a reçu, dimanche 7 octobre 2018, deux jeunes. Armand Affosogbé, coordonnateur de l’Alliance pour un Bénin Triomphant (Abt/Zou), était face à Nathanaël Dona Vigan, président du collectif, « Initiative jeune ». Les invités ont opiné sur plusieurs sujets de l’actualité, notamment la question liée au chômage des jeunes au Bénin.  

La jeunesse béninoise doit être de plus en plus responsable afin de bénéficierde la confiance des aînés pour la gestion de la cité. C’est ce qu’estime le coordonnateur du Zou du parti Abt.  Selon Armand Affosogbé, la couche juvénile doit cesser de croire que l’emploi se retrouve seulement dans les bureaux climatisés. « On peut avoir le doctorat et s’investir dans le privé car l’Etat ne pourra pas contenter tous les jeunes », a-t-il expliqué. Allant dans le même sens, son vis-à-vis a invité les jeunes à plus d’audace et encouragé le chef de l’Etat, Patrice Talon, à continuer à faire confiance à cette couche sans qui le développement du pays ne pourrait pas être une réalité. Nathanaël Dona Vigan a souhaité, par exemple, que plusieurs usines de transformation des produits locaux soient installées et fonctionnent comme cela se doit pour apporter un plus à l’économie béninoise.  Au sujet du message de l’ancien chef d’état, Yayi Boni, sur les réseaux sociaux qui évoquait la question du chômage des jeunes qui va grandissant, les deux invités de Hospice Houénou de Dravo pensent que ce dernier ne saurait se substituer à la jeunesse pour faire le combat. Pour Armand Affosogbé, l’ancien chef de l’Etat, Yayi Boni, est responsable de la situation dans laquelle se retrouve le pays, vu que ses dix années de gestion ne sont pas reluisantes.  Le coordonnateur Abt ajoute que des efforts sont faits pour corriger le tir. Comme exemple, il a cité la résolution de la question du délestage qui devient un mauvais souvenir, la priorité que le gouvernement accorde à la formation des jeunes et l’amélioration des micro-crédits pour l’autonomisation des femmes.

 Marcus Koudjènoumè