Spread the love

SOSSOUHOUNTO1En acceptant de rester à son poste de ministre de l’Urbanisme alors que la Renaissance du Bénin, son parti de toujours lui demandait de rendre sa démission, Christian Sossouhouto semblait avoir l’assurance d’aller au bout du mandat de Boni Yayi, en avril 2016. En tout cas, c’est ce qui s’est murmuré dans son entourage immédiat. Finalement, cela n’aura été que du leurre ou un éternel marché de dupe avec Boni Yayi. Quatre mois après, pendant que son nom ne figure sur aucune liste pour les élections communales et municipales Christian Sossouhouto, l’ancien troisième adjoint au maire de Cotonou se retrouve à la surprise générale en l’air, sans possibilité de rebondir. Au meilleur des cas, il recevra comme lot de consolation, un poste de Directeur d’une société ou d’un office d’Etat ou encore de conseiller ou de chargé de mission à la présidence de la République. Dans le cas contraire, il disparaitra dans l’anonymat et verra sa carrière politique connaitre une brusque fin.