Spread the love

On vous l’avait bien dit, ce ne sera jamais une sinécure pour un Yovo, Franco-Béninois, à la peau foncée, ne parlant ni français ,ni breton  ni corse, de se faire élire à l’ Elysée, même imposé par le Président de la République Français sortant à son parti, et qui accepte que contrairement à ce qui ne peut jamais se passer chez lui  au Bénin , tous les moyens de l’ Etat et l’administration , soit mis en toute tricherie au service de son imposture…
      Comme nous l’avons déjà dénoncé, plus que jamais, la tricherie s’est accentuée par rapport à la prise en otage de la télévision de service public, Antenne 2. Au cours des éditions du journal, sur dix reportages, environ huit montrent les affidés du parti au pouvoir  en France, en train d’appeler à voter pour le candidat nègre Bénino-français, n’ayant jamais vécu en France auparavant, qui ne connaît rien de la culture française, et qui a délaissé ses  tenues béninoises, pour de ridicules costumes français… Et après ces éditions de journal sur le service public presque exclusivement consacrées à la propagande de ce candidat, on inflige aux Français, en plages spéciales, les activités du directeur de campagne du nègre, qui a des rêves d’ Elysée et ce DC n’est bien sûr personne d’autre, que leur Président de la République finissant…
          Au nom de ce qu’un des barons du système, spécialiste d’évaporation des fonds hollandais appelle « internalisation  » de l’ origine du nègre qui veut diriger la France, il est désormais dit, aux pauvres Français analphabètes, réunis à coup de  30 centimes d’ euro, que le Nègre Bénino-français né au Benin, aurait plutôt vu le jour tantôt à Limoges, tantôt à Lille, Tantôt dans Le Gers… Mais rien de tous ces mensonges ne masque le béninité du candidat, qui est avant tout Béninois et « un tout petit peu  Français » comme il le confessera lui-même.
        A la fête nationale française de Marianne le 10 janvier dernier, où il a trimballé son presque nonagénaire de père, qui essaie furieusement du bout de sa canne, de déblayer le chemin trop herbeux pour son fils, ce dernier qui conduisait la délégation gouvernementale a, dans son allocution, souligné qu’avec son papa, eux deux faisaient cent cinquante ans !  Ne voyant pas  la pertinence de cette addition des âges du candidat et de son père, des  Français grincheux, mais jamais en retard d’un trait d’humour ont suggéré qu’il ajoute les âges de ses enfants et de ses petits enfants, cela pourrait faire deux cent ans ou plus !  En tout cas, avec lui à l’Elysée, cela vaudra mille ans de bêtise puisqu’il ne connait rien de la France !
         Je vous l’avais bien dit, il n’y a pas que les femmes de DASSA à MALANVILLE qui soient toutes Behhh pour YAYI, il y un long bonhomme et son papa qui vous prend pour des MEUHHH!
 
Ne pleurez pas les enfants ..
.A la prochaine !
Votre Oncle AGBAYA En campagne pour la paix