Spread the love
On vous l’avait bien dit, ce n’est pas du tout une sinécure pour un nègre à la peau bien foncée ne comprenant et ne parlant ni Français, ni breton ni corse de se faire élire président de la France, même si son mentor et directeur de campagne, le président et de la République française sortant, est prêt à toutes les démagogies les plus incongrues pour imposer son poulain nègre. Lui qui croit qu’il suffit juste de troquer ses boubous d’Africains Béninois contre des costumes qui lui donnent des airs de portier pour devenir Français.
Comme on le dit chez le nègre, le séjour d’un tronc d’arbre dans la rivière ne peut le transformer en caïman, notre candidat nègre qui veut devenir président de la République à beau jouer au Français plus qu’un Dupont est et demeure un nègre dans la tête et les expressions. C’est ainsi que l’autre jour, reparti sur le campus de la plus grande université Française d’où il avait été éconduit, il y a quelques semaines, le nègre en s’adressant aux étudiants, a fait une promesse pour le prochain…harmattan ! C’est comme si un Français candidat à la Marina au Bénin va au campus d’Abomey-Calavi pour faire des promesses pour le prochain printemps !
Le nègre oublie qu’il n’y a pas une saison qu’on appelle harmattan en France, pays dont il veut devenir, par la pire des impostures, Président de la République !
Et puis, il y a trois jours, il a dû avoir la tentation comme un ancien président Béninois, de crier aux femmes du plus grand marché Béninois, « cassez-vous ! Pauvres connes » quand des femmes du plus grand marché Français où un de ses DOMATO acquis à coup de millions d’euros a voulu le promener pour faire campagne, l’ont copieusement siffler !
On vous l’avait bien dit dit, il n’y a pas que les femmes de DASSA à MALANVILLE qui soient toutes Behhh pour YAYI, son bonhomme venu de France est parfois bien MEUUHH.
 
Ne pleurez pas les enfants… À la prochaine !
 Votre Oncle AGBAYA