Spread the love

Affiche du filmLa cinématographie nationale a accueilli la sortie du film « Biyondo : l’enfant sorcier ». Le lancement officiel de ce film a eu lieu hier jeudi 08 novembre 2018, à Cotonou. Cette œuvre cinématographique qui porte la signature de Pierre-Claver Tossou pose la problématique de l’infanticide. Le film invite à reconnaître le droit à la vie. Produit par les films Ganna, « Biyondo : l’enfant sorcier » est réalisé par prince Ogoudjobi et mis en scène par Vitalien Adoukonou. Il est interprété par les comédiens les plus talentueux du Bénin. D’une durée d’une 1h33mn, le film retrace l’histoire de Cossi, premier né de Baké et de Bio. Cossi voit le jour avec une dent. Signe de méditation dans ce village fortement ancré dans la tradition, il est qualifié de Biyondo, c’est-à-dire d’enfant sorcier condamné à mourir. Le bourreau investi de sa mission, se prépare à l’exécuter. Mais pour la mère supérieure d’une congrégation solidaire de la cause des enfants sacrifiés, le bébé promis à une mort cruelle doit être sauvé. Cossi, adopté, devient trente ans plus tard, la plus haute autorité préfectorale nommée, à dessein, dans son département d’origine pour poursuivre l’œuvre d‘éradication de l’infanticide rituel entamée par son père adoptif défunt. De même, le film dénonce les mutilations génitales et la toxicomanie. « Biyondo : l’enfant sorcier » est également disponible en version roman et préfacé par Me Bertin Amoussou. L’ouvrage est édité par les éditions « Wéziza ». Mireille Cakpo, représentant le ministère des Affaires sociales et de la microfinance au lancement de l’œuvre, a rassuré l’auteur de l’accompagnement du ministère.

O.I.A.