Spread the love
HPIM1547.JPG
HPIM1547.JPG

Les chrétiens catholiques de la cité des « Ainonvis » ont sacrifié à la tradition de la fête de Toussaint. C’était le mercredi 1er novembre 2017.

La Toussaint, fête retenue par l’Eglise catholique et reconnue par l’Etat permet aux chrétiens de se remettre en question en tant que créature de Dieu, aspirant à une vie de sainteté. Le 1er novembre représente selon les responsables de l’église une journée de bilan pour chaque chrétien et une occasion de pénitence et de purification afin d’espérer faire partie un jour des “élus“ : les saints. Au cours des différentes célébrations eucharistiques du jour, les prêtes n’ont pas manqué d’expliquer aux fidèles le sens profond de la Toussaint. Est donc considéré comme Saint toute personne qui a mené une vie de béatitude tout au long de son existence sur la terre et qui est révélée comme un élu, de par ses mérites glorieux ou miraculeux. Les messes ont été célébrées également dans les cimetières. Pour l’occasion, les cimetières ont accueilli une marée de visiteurs. Pendant que certains viennent pour se recueillir sur les tombes de leurs parents, amis et proches, d’autres par contre, sont sur les lieux pour des activités commerciales. Certains  pour vendre des  nourritures et d’autres pour commercialiser des bougies, de fleurs, de couronnes, Les potentiels clients sont les visiteurs du jour. Les décorateurs et ouvriers improvisés ou professionnels ne sont pas restés en marge de la fête.

Ce beau monde essaye de monnayer leurs services. Lavage des tombeaux, sarclage, balayage, décoration des tombes, badigeonnage, tout est bon pour se faire un peu de gain. Il faut noter que ces deniers ne peuvent exercer leurs activités en toute quiétude,  qu’à condition de payer une somme de 500 FCfa. Le 1er novembre est souvent confondu à la fête des défunts, qui a lieu, au lendemain de la fête de tous les Saints. La Toussaint est dédiée à tous ceux qui ont mené une vie de sainteté pendant leur passage sur la terre et qui parrainent les chrétiens auprès de l’Eternel. Tandis que la fête des défunts n’est ni chômée ni fériée et est consacrée à honorer et à prier pour le repos de toutes les âmes qui ont quitté la terre.

 Perpetue Egounlety (Br Ouémé-Plateau)