Spread the love
 
delphin_lazare
Les ministres de l’élevage (à gauche) et du commerce (à droite) ne doivent pas se limiter à l’interdiction

Le gouvernement, dans le souci de préserver la santé des populations, a interdit la consommation de viande, notamment le bœuf et la volaille déclarée impropre. Un acte salutaire qui souffre d’insuffisances.

Le gouvernement doit-il se limiter uniquement à l’interdiction aux populations de consommer de la viande déclarée impropre ? La question reste posée lorsqu’on sait que malgré l’interdiction de la consommation des croupions de dinde, les populations se ruent toujours vers ce produit cancérigène. A dire vrai, le gouvernement devrait aller au-delà de l’interdiction de consommer ces produits. Le pouvoir doit mener d’autres actions pour mettre les populations à l’abri des maladies qu’elles tutoient en consommant ces produits avariés. Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep), Delphin Koudandé, et son collègue de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, Lazare Sèhouéto, feraient mieux non seulement en renforçant la sécurité au port de Cotonou en vue d’identifier d’autres conteneurs de ces produits avariés, mais surtout en effectuant des descentes sur les différents marchés du pays doivent se faire pour identifier et mettre hors d’état de nuire les grossistes indélicats à la recherche du gain facile. Puisqu’il s’agit des multinationales de la viande, il faut mettre les bouchées doubles. La course effrénée du profit ne doit pas amener des opérateurs économiques véreux à intoxiquer les populations. C’est pourquoi le gouvernement doit veiller au grain. Il doit user de tous les moyens pour empêcher la commercialisation des produits déclarés impropres à la consommation. C’est en ayant une bonne santé que les filles et fils du pays pourront contribuer au développement de leur patrie.
 Odi I. Aïtchédji
(Coll)
Communiqué conjoint
 Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep) et le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (Mica) communiquent :
Depuis le vendredi 17 mars 2017, la police brésilienne a démantelé un vaste réseau de commercialisation de viande impropre à la consommation.
Des multinationales de la viande notamment le bœuf et la volaille ont maquillé des produits dont la date de péremption était dépassée, falsifié les dates de consommation sur les étiquettes, injecté des substances interdites dans les saucisses, traité les viandes avec des substances cancérigènes pour dissimuler les avariés. Des produits cancérigènes sont également utilisés pour améliorer l’aspect extérieur des produits destinés à l’exportation.
Compte tenu des risques sanitaires élevés liés à la consommation de ces produits, le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche et le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat déconseillent fortement aux populations la consommation desdits produits.
En attendant de nouvelles mesures, les services compétents en matière de contrôles sanitaires et de commerce sont instruits aux fins de prendre toutes les dispositions nécessaires à la protection des consommateurs.
 
 Le ministre de l’Agriculture, de                                 Le ministre de l’Industrie,
l’élevage et de la pêche                                      du commerce et de l’artisanat
 
Delphin Koudandé                                                                   Lazare Sèhouéto