Spread the love

doc code electoralLa Commission électorale nationale autonome (Céna) s’arme pour relever de nouveaux défis. Pour être de nouveau au rendez-vous de l’efficacité, elle a décidé d’évaluer le Code électoral après trois ans de pratique. Un atelier est consacré à cet exercice depuis hier à Bénin royal hôtel et prend fin ce jour.  

Le Code électoral est un véritable outil de travail pour la Commission électorale nationale  autonome. Ce cadre juridique dont s’est doté le Bénin en 2013 a été expérimenté lors des trois dernières consultations électorales. Grâce à lui, Emmanuel Tiando et les siens ont pu organiser de façon efficiente les Législatives, les Communales, Locales de 2015, et la Présidentielle de 2016. Seulement, malgré ses mérites, il n’est pas exempt de tout reproche. Ainsi, au terme de ce cycle électoral et à la veille d’un autre qui débutera en 2019 avec les élections législatives, il est apparu nécessaire à l’équipe dirigeante de la Céna de procéder à une évaluation de la mise en œuvre de ce Code. Pour ce faire, la cinquantaine de participants composés des cadres de l’Institution, des Coordonnateurs d’arrondissement, des représentants des acteurs ayant pris part à ces scrutins, ceux de la classe politique, des experts électoraux auront à mettre en exergue les innovations introduites dans le nouveau Code et qui peuvent être considérées comme des acquis à capitaliser pour la qualité des prochains processus électoraux. De même, ils auront à relever les difficultés apparues dans la mise en œuvre et les insuffisances notées dans ses dispositions légales. Enfin, ils formuleront des propositions pertinentes visant son amélioration en évitant de remettre en cause ce qui parait un acquis majeur, à savoir l’organisation par un organe indépendant de scrutins libres et transparents. « L’intention qui sous-tend notre démarche n’est pas d’établir un bilan des scrutins passés. La Céna a déjà fait ce bilan et les rapports y afférents sont disponibles. L’objectif visé est plutôt de procéder à une évaluation objective et non opportuniste de l’application du Code électoral », a précisé Emmanuel Tiando. En vue d’atteindre ces objectifs, les débats seront nourris par des communications introductives présentées par des praticiens du Code électoral et par des experts juristes et des acteurs politiques. Entre autres, la Vice-présidente, Geneviève Boko Nadjo, a planché, dans la journée d’hier, sur les « Rôles et responsabilités de la Céna dans la mise en œuvre de la loi 2013 du 25 novembre 2013 portant Code électoral en République du Bénin ». A sa suite, Fidel Ayena, l’assistant du Commissaire responsable de la cellule en charge des études, de la conception des documents électoraux, de la fraude et du suivi des agents électoraux, a dévoilé les innovations du Code électoral à l’assistance. Richard Dagbéto, quant à lui, a énuméré les difficultés rencontrées par la Céna dans la mise en œuvre de ce document fruit du consensus de la classe politique. Les attentes pour ces assises sont grandes, et le président Emmanuel Tiando est persuadé, au regard des expériences et compétences de ses  hôtes, que cet atelier connaîtra un franc succès.

 Joël Samson Bossou