Spread the love

Poisson-tilapia-1Les producteurs du poisson Tilapia au Bénin n’ont rien à craindre du virus qui attaque cette espèce dans certains pays. Ils peuvent continuer à produire ce poisson et les consommateurs peuvent toujours en manger puisque des précautions sont prises pour éviter l’importation de cette ressource halieutique en provenance des pays à risque. A travers un point de presse, le ministère de l’agriculture et celui du commerce ont apporté ce vendredi matin des clarifications après le communiqué d’alerte il y a quelques jours.

Le Bénin ne fait pas partie des pays dont les poissons de type tilapia sont contaminés par cette attaque virale dénommée «Tilapia Virus Lake », et par conséquent la consommation du poisson Tilapia n’est pas interdite au pays. C’est ce que l’on retient d’un point de presse animé ce matin par le ministère de l’agriculture et celui du commerce. Selon les conférenciers,  plusieurs interprétations ont été faites du communiqué émanant des autorités béninoises et qui donnait l’alerte de l’intoxication des Tilapia de 5 pays à savoir l’Egypte, la Thaïlande, l’Israël, l’équateur et la Colombie. Pour Françoise Assogba la secrétaire générale du ministère de l’agriculture, la consommation du poisson tilapia n’est pas interdite. Le virus n’est pas encore identifié au Bénin. Selon ses dires, des mesures conservatoires  sont prises pour qu’ils n’arrivent pas au Bénin. « Les importations du poisson tilapia et ses produits dérivés sont temporairement interdites à partir des pays où  l’infection des populations, de tilapia, par ce virus est confirmée. Ne pouvant pas prouver l’origine des importations de type de poisson par voies terrestre et fluviale, les entrées de poissons tilapia à partir des frontières sont interdites. Il y a du poisson vivant qui vient sous forme de laves, de juvénile mais aussi sous forme de géniteur. Et aujourd’hui, nous avons du poisson congelé qui arrive au Bénin sous forme de poisson mort. Donc, il va falloir contrôler tous ces formes de poisson qui entrent dans le pays » a-t-elle fait savoir. Cette sortie médiatique pourra rassurer les producteurs et consommateurs  du tilapia au Bénin. Présent à cette rencontre, Bissiliou Amzath Salami, secrétaire général du ministère du commerce, a souhaité d’ailleurs que cette attaque virale observée dans certains pays puisse permettre aux pisciculteurs béninois d’améliorer la production du tilapia en qualité et en quantité suffisante afin de satisfaire les besoins alimentaire et nutritionnel du pays.

Alvine Dahounliton (Stag)