Spread the love

talon aud. D’ici 10 ans, le Port autonome de Cotonou (Pac) sera un port compétitif, et une référence dans la Cedeao. Le contrat de gestion entre les parties béninoise et belge a été signé, lundi 8 janvier 2018. Au sortir de l’audience à eux accordée par le chef de l’Etat, l’administrateur belge et le ministre béninois des infrastructures se sont confiés à la presse. Lire la substance de leurs propos.

Kristof  Waterschoot, Administrateur délégué du Port d’Anvers : «…faire du Port de Cotonou, le port le plus performant de la sous-région »

 « C’estun grand d’honneur d’avoir été reçu par le président à cause du mandat pour la gestion du Port autonome de Cotonou. L’idée en général est d’accompagner le Port autonome de Cotonou avec l’expertise du port d’Anvers. Nous avons réfléchi avec le président de la République pour voir comment faire du Port de Cotonou, le port le plus performant de la sous-région, et de l’Afrique de l’Ouest. C’est notre ambition, celle du Port d’Anvers, du gouvernement belge et des autorités béninoises.  Sur le plan de l’informatisation, de la réorganisation et du renouvellement des infrastructures, il y a beaucoup à faire. Ona une plateforme, on a de l’expertise locale,  donc l’idée est de les rendre plus performantes. Ensemble, nous allons définir les indicateurs de performances. Il  y aura une collaboration entre nous, les autorités et l’équipe locale dans la modernisation du port de Cotonou. Ce partenariat est très important pour nous,  car il servira à rentabiliser et à faire accroître l’économie béninoise. C’est le plus important de notre ambition ».

 Cyr Koty, ministre des infrastructures et des transports : «Au bout de 10 ans, le Port de Cotonou sera un port performant »

 « C’est un contrat très important qui marque un tournant décisif dans le cadre de la gestion technique du Port autonome de Cotonou avec des indicateurs de performance qui seront définis dans les prochains jours et qui serviront de guide et d’orientation pour les activités qui seront développées au cours de la période de la prise en main du Port de Cotonou par le port d’Anvers. Il faut souligner que le contrat de gestion s’articule autour de deux périodes importantes : une phase d’approche  qui va permettre au Port d’Anvers de s’installer ;  et une phase d’exécution de 3 ans renouvelable 2 fois donc au total 9 ans ajoutés à la phase d’approche. Au bout de 10 ans, le Port de Cotonou sera un port performant. Un port dont les références feront la différence au sein de l’espace de l’Uemoa et de la Cedeao. C’est l’ambition que nourrit le chef de l’Etat pour le Bénin. C’est ce qui a motivé  les démarches qui ont été menées pour la signature du contrat du mandat de gestion du port autonome de Cotonou par le port d’Anvers. C’est un  grand évènement, c’est un challenge gagné, et nous entendons désormais faire en sorte que les espoirs placés en le port de Cotonou se concrétisent ».

La rédaction