Spread the love

talon-nationLes textes du Conseil national de l’éducation nouvelle génération sont désormais adoptés. Le Conseil des ministres, réuni hier, mercredi 29 août 2018, s’est penché sur la base légale du texte. Il a également décidé de la prorogation du mandat du comité d’installation jusqu’en décembre 2018.

Le projet de textes portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil national de l’éducation nouvelle génération (Cne) a reçu l’approbation des différentes parties prenantes.  A cet effet, un séminaire gouvernemental s’y est penché et les options stratégiques ont été validées.Le profil des membres, le mandat, les modalités de désignation, les compétences thématiques et les incompatibilités ont été affinées. Selon le relevé du Conseil des ministres,un atelier a eu lieu le mercredi 22 août 2018 pour valider la version finale du document. Au titre des grandes attributions,  le Conseil national de l’éducation nouvelle génération se chargera, entre autres, de se prononcer sur les projets de politiques, de lois, de stratégies, de règlements, ou de budgets concernant le système éducatif national. Entre autres attributions, cette institution réformée se chargera également de donner un avis conforme aux projets de nomination aux postes de responsabilité et de mutations d’envergure du personnel du secteur, de donner un avis conforme sur les projets d’homologation et de certification des établissements. La compétence du Conseil national de l’Education nouvelle génération(Cne) s’étendra aussi bien à l’enseignement privé et public. Il prendra en compte tous les ordres d’enseignement de la maternelle au supérieur, l’éducation non formelle, l’éducation inclusive, la recherche scientifique et l’innovation.Au nombre de ses attributions, le Cne s’occupera également de toutes les questions touchant au système éducatif national. Il recouvre notamment l’accès à l’éducation pour tous et la gestion des flux, les règles juridiques et normes techniques,les standards applicables au système, l’organisation et le fonctionnement du service public de l’éducation, les relations entre l’Etat et les autres acteurs du système éducatif national, l’articulation entre la formation, la recherche, l’emploi et le développement.Les infrastructures, le financement du secteur, la gestion des ressources humaines, l’approche qualité et l’évaluation du système ne seront pas occultés. Pour son avènement, le comité d’installation du Conseil national de l’éducation nouvelle génération est autorisé à utiliser les services d’un cabinet afin de l’appuyer dans la gestion du processus de désignation deses membres.

 Patrice Talon tient sa promesse électorale

 L’instauration d’un Conseil national de l’éducation nouvelle génération doté de pouvoirs est l’une des promesses du président Talon lors de la campagne électorale de 2016. Sans bruit et avec méthode, le chef de l’Etat a recherché les contributions pertinentes et surtout les compétences qu’il faut pour la restructuration du Cne. L’adoption du décret en Conseil des ministres du mercredi 29 août 2018 vient mettre fin aux procédures avant l’installation du Conseil national de l’éducation nouvelle génération. Désormais, sous le leadership du président Patrice Talon, une véritable révolution est attendue dans la gestion du secteur de l’éducation afin de redorer le blason de l’école béninoise. Une approche participative du règlement des problèmes du secteur de l’éducation est instaurée à travers le Cne qui sera désormais l’interface entre le gouvernement et les acteurs du système éducatif. Une fois encore, le chef de l’Etat vient de montrer que le respect de la parole lui tient à cœur et qu’il ne trahira pas la confiance que les Béninois ont placée en lui. Lentement mais surement, le Programme d’actions du gouvernement est mis en œuvre pour le bonheur des populations.

 Armel Nelson Avadémey