Spread the love

philippe-noudjenoume (2)La rumeur courait que le Parti communiste du Bénin (Pcb) allait rallier l’un des partis de l’opposition.  Mais erreur. Philippe Noudjènoumin et ses ‘’amis rouges’’ ont préféré faire cavalier seul. Cette décision des Communistes porte un coup de grâce au désir de fusion des partis de l’opposition.

Ils étaient tous présents à l’Assemblée générale de conformité du Parti communiste du Bénin (Pcb). Les cœurs visiblement blessés et la mort dans l’âme, les leaders de l’opposition se sont livrés à un exercice assez difficile le samedi 9 février 2019. Le ton était chargé de chagrin. Car ils savent au fond d’eux que c’en est  fini pour le projet d’union des partis de l’opposition. Les discours étaient mous et sans poigne. Les leaders politiques de l’Union sociale libérale (Usl), des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), du Parti Restaurer l’Espoir (Re) manifestent leur inconséquence et se confondre en regrets.  Les principaux artisans de la division qui ont fini de clamer leurs égos se retrouvent face à la réalité des faits. Le Parti communiste du Bénin (Pcb) a consacré l’échec de l’unité en exprimant clairement son désir de ne pas se rallier à ces leaders qui s’affrontent. Il semble que finalement la sagesse commence progressivement et tardivement à gagner le cœur de ces hommes qui ont franchi depuis longtemps le pas de trop. Le pas de trop est franchi surtout avec les attaques répétées et les invectives prononcées sur les réseaux sociaux. Le clash orchestré par ces leaders qui ont lancé le mot d’ordre de la division à la base sape fondamentalement l’œuvre d’unité. La maison opposition ne tient plus. Il suffit d’écouter l’appel désespéré de Candide Azannaï à l’unité pour s’en convaincre. Dans un discours comparable à un aveu d’impuissance, le leader du Parti Restaurer l’Espoir (Re) s’est juste limité à lancer  un appel à l’unité de ses collègues de l’opposition. Candide Azannaï a peur de la machine en face et appelle en vain au rappel de la troupe. Le leader politique connaît l’adversaire en face. Il sait qu’en étant dispersés, les acteurs de l’opposition ne peuvent réussir grand chose et ce n’est pas faux. La mort dans l’âme, il s’est adressé à ses compagnons de lutte qui n’étaient pas du tout disposés. L’atmosphère était assez tendue. Ce qui surprend dans cette démarche des acteurs de l’opposition, c’est leur disponibilité à l’unité et leur engagement sans faille à tuer l’initiative dans l’œuf. C’est à ce niveau que se trouve toute la difficulté. En effet, ce samedi, les leaders, une fois au pupitre se sont contentés de  lancer un appel à l’unité, mais les actes, chaque jour, démontrent qu’aucun d’eux n’est disposé à réaliser le vœu. Comment comprendre cette démarche qui consiste à nourrir une haine assez visible et à adopter un discours d’unité en public? Les acteurs de l’opposition sont dans une hypocrisie qui risque de les rattraper. Celui qui doit être assez affecté de cette décision du Pcb, c’est bien le leader du Parti Restaurer l’Espoir, Candide Azannaï. Le Pcb était pressenti rejoindre son Parti Restaurer l’Espoir. Mais flop.

 AT