Spread the love
ahlonsou-francois
François Ahlonsou était l’invité de « Cartes sur table »

4ème congrès ordinaire du Parti du renouveau démocratique (Prd) était l’un des sujets abordés par l’émission Cartes sur table du dimanche 3 décembre 2017. François Ahlonsou élu Vice-président lors des assisses du Week-end écoulé au stade Charles de Gaule s’est réjoui de la grande mobilisation des  militants et sympathisants du parti. Ce qui selon lui démontre que le Prd demeure plus grande des formations politiques du Bénin. L’invité de Hospice Houénou de Dravo est largement revenu sur la reconduction de maître Adrien Houngbédji en tant que président du parti qu’il a créé. Pour François Ahlonsou, le Prd a encore besoin de l’expertise de son fondateur Adrien Houngbédji. A l’en croire, le numéro 1 des Tchoco-Tchoco est en train de conduire les réformes, notamment celles du système partisan tout en préparant la relève. Et parlant de relève, l’une des recommandations issue du 4ème congrès est d’accorder désormais plus de responsabilités aux jeunes et aux femmes du parti. La compétence et le militantisme seront les critères de choix. Autre réforme, l’instauration du Haut conseil des sages du Prd, une instance qui aura pour mission de jouer le rôle de médiation, l’instauration de l’école du parti qui permettra aux membres de comprendre davantage l’histoire du Prd et du Bénin. Le congrès ordinaire ne va plus se tenir tous les cinq ans, mais plutôt tous les quatre ans à préciser François Ahlonsou. L’invité a réaffirmé l’engagement du parti à soutenir les actions du chef de l’Etat Patrice Talon. Abordant les grands regroupements souhaités dans le cadre de la réforme du système partisan, le vice-président du Prd estime que c’est la meilleure des choses qui puisse arriver à la démocratie béninoise. Compte tenu des expériences antérieures faites en matière d’alliance, il  précise qu’il faille réfléchir avec beaucoup de perspicacité pour trouver le mode opératoire de ces grands rassemblements.  « Il est question que progressivement nous arrivions à trouver un terrain d’entente pour permettre au Bénin d’innover en   matière de démocratie. Les alliances ne doivent plus se faire à la veille des élections », a-t-il conclu.

Marcus Koudjènoumè