Spread the love

Charlemagne-HonfoLe conseil communal de Sèmè-Podji tient depuis hier mercredi 27 mars 2019 sa première session ordinaire de l’année. Outre le rapport d’activités du maire qui a été validé à l’unanimité, d’autres décisions majeures ont été prises, en l’occurrence la revalorisation des frais de déplacement de certains élus communaux.

Bonne nouvelle pour certains conseillers communaux de Sèmè-Podji. Grâce au leadership éclairé du maire Charlemagne Honfo (photo), il a été procédé à la revalorisation des frais de déplacement des présidents des commissions permanentes et des conseillers sans charge. Le montant de leurs frais de déplacement, imputable au premier collectif budgétaire de l’année 2019, passera respectivement de 325000 francs Cfa et 300000 francs Cfa à 625000 francs Cfa et 580000 francs Cfa. Selon l’édile de Sèmè-Podji, cet acte vise à apaiser le mécontentement des conseillers communaux sans charge et des présidents des commissions permanentes suite à la mesure de suppression de leurs indemnités mensuelles. En effet, suivant la lettre de cadrage du ministre de la Décentralisation et de la gouvernance locale et conformément aux prescriptions de la Commission départementale d’examen et d’approbation du budget, il est observé dans le budget primitif de la Commune la suppression des indemnités mensuelles des conseillers sans charge. Cette suppression fait suite au grief fait au budget primitif gestion 2018 ainsi qu’au collectif de cette année quant à l’inobservance de la recommandation relative à la suppression de toutes les indemnités autres que celles des sessions communales pour les conseillers sans charge. Ce reproche fut lors de l’examen dudit collectif assorti de l’obligation de respect par la mairie de Sèmè-Podji de cette mesure en vue d’une éventuelle approbation de son prochain budget primitif. C’est ainsi que, pour s’y conformer, les commissions d’élaboration du budget ont dû en tenir compte en prévoyant sur une autre ligne le montant annulé. Seulement, la mise en œuvre de l’alternative trouvée s’est heurtée à un certain nombre d’obstacles qui justifient le bien-fondé de la présente proposition de revalorisation des frais de déplacement. « Lorsque cette situation circonstancielle, a priori, va se normaliser à travers la levée de la prescription de suppression des indemnités mensuelles auxdits conseillers, je serai dans l’obligation de solliciter, en son temps, l’autorisation du Conseil communal aux fins de revenir à la situation initiale qui est de payer, indépendamment des frais de déplacement de 3450000 francs Cfa aux présidents des commissions permanentes et 300000 aux conseillers sans charge, leurs traditionnelles indemnités mensuelles », a promis Charlemagne Honfo.

 JSB