Spread the love

Charles TokoLa gestion administrative du maire de Parakou, Charles Toko, a reçu la caution du Conseil municipal. Elle a été validée à l’unanimité par les conseillers présents lors de la session extraordinaire du conseil municipal tenue  le vendredi 29 juin 2018 à la salle de fêtes de la Mairie. 

La gestion du maire Charles Toko au cours de l’année 2017 ne souffre d’aucune irrégularité. C’est le sens qu’il faut donner à l’acte du Conseil communal de Parakou qui a voté à l’unanimité le compte administratif. Cela, conformément aux lois sur la décentralisation qui imposent aux  Communes l’élaboration et le vote du compte administratif au cours du mois de juin et qui doit être soumis à l’autorité de tutelle pour approbation. Dans son intervention liminaire, le maire de Parakou, Charles Toko,  a donné un aperçu du contenu du compte administratif gestion 2017. D’abord, l’autorité municipale a fait remarquer que  l’année budgétaire 2017 a été marquée par l’entrée en vigueur du nouveau  Code foncier et domanial et la baisse drastique des subventions du Fonds d’appui au développement des Communes (Fadec). «Le point fait par la Commission nationale des Finances locales (Conafil)  a révélé qu’au 31 décembre 2016, la Commune devait près d’un milliard au titre du Fadec. Cette situation a provoqué une réduction énorme de la subvention de la Commune au titre de l’année 2017. Certaines Communes, par mesure de prudence, ont été suspendues duFadec pour ce motif», a déclaré le maire. Malgré tout cela, le résultat obtenu est élogieux. «Le budget a été exécuté à près de 62% en fonctionnement et 36% en investissement. En fonctionnement, la priorité a été donnée à la couverture des dépenses obligatoires.  La dette de plusieurs millions à la Cnss a été apurée. En investissement, l’accent a été mis sur les actions éligibles au Fadec et l’acquisition des outils nécessaires à l’opérationnalisation de certaines réformes telles que  les logiciels Argis pour les réformes foncières,  et le Sygome pour la gestion des ordures», a souligné Charles Toko. Cette performance, le maire le doit à tous ses adjoints, aux chefs d’arrondissements aux élus locaux et à tous les cadres de la mairie qui ont accepté de sacrifier certains avantages et privilèges dans l’intérêt supérieur de la Commune.Malgré que la gestion budgétaire 2017 ait été déficitaire de 574.892.562, Charles Toko a rassuré qu’il n’y a pas péril en la demeure. A l’en croire, les efforts se poursuivent pour la résorption de cette situation à travers le contrôle strict des missions, et la suspension  du  paiement des frais de commission ad ’hoc.

 Zéphirin Toasségnitché

(Br Borgou-Alibori)