Spread the love
houessou-florent
Florent Houessou fait des propositions pertinentes

Florent Houessou, Président de l’Ong « Bénin Solidaire » s’invite dans le débat sur la révision de la Constitution. Reconnaissant au Chef de l’Etat, Patrice Talon son acte courageux et de grande portée historique, Florent Houessou apporte des propositions pour le consensus national autour du projet actuellement à l’Assemblée nationale.

Béninoises, Béninois,

Chers compatriotes ! Nous voici à la croisée des chemins.A la croisée de notre constitution. Comment créer le buzz ? Comment créer la controverse ? La finesse de l’esprit nous impose de reconnaître à la stratégie de notre Président Patrice Talon, une certaine cohérence. A ma compréhension, notre Président est certes futé, mais animé de bonne foi dans le cadre de cette révision de constitution.Au final, le seul objectif est la révision de nos textes fondamentaux avec une forte implication du peuple. A cet égard, plusieurs options s’offrent au Président et celle qui a semblé prendre le dessus est l’option de la controverse et du buzz. L’idée de la révision de la Constitution est acceptée et partagée par tous les Béninois.Le principal point à traiter est d’intéresser tous les Béninois, peu importe leur classe sociale, leur niveau d’éducation et peu importe leur résidence dans le monde, à ce projet de révision. Et nous pouvons reconnaître que notre Président a réussi à intéresser tout le monde à ce débat et dans ce sens, il faut accepter de dire « merci » à Son Excellence Patrice Talon qui a eu cette ingénieuse idée de créer le débat, en créant le buzz par la controverse, lorsqu’il apréféré introduire quelques articles qui allaient sonner le glas. Premier objectif réussi pour le Chef de l’Etat. Dès lors,il s’agit de réfléchir.Pensons-nous vraiment que le Président croyait intimement que les textes proposés allaient passer comme une lettre à la poste ? Ma réponse est Non ! Ilparaît plus logique de penser que le second objectif visé par le Président était d’inviter le peuple béninois à réagir calmement sur le projet, en y apportant des amendements idoines. Mais avant même d’apporter ces amendements, ayons ici l’humilité de reconnaître les points positifs de ce texte. Personnellement pour ma part, j’apprécie les aspects concernant le financement des partis, l’abolition de la peine de mort, la promotion de la gent féminine, la reconnaissance de la chefferie traditionnelle et beaucoup d’autres points.A ces points d’appréciations, voici mes points d’amélioration :

L’Article 35 devrait être supprimé ou clarifié, car il porte à confusion avec la liberté des individus.

L’Article 42mérite d’être modifié. Le Mandat unique de 6 ans, oui si l’élection des députés a lieu à mi-mandat de celui du président. Cela sonnerait comme un vote de confiance et modifierait l’équilibre des forces. De même, l’Article 52 gagnerait à être modifié. Le Président et les membres du Gouvernement ne peuvent pas acheter un domaine public (Conflit d’intérêt, moralité de la vie publique et équité). Les articles 54 et 81 doivent être complétés. L’article 54 : les députés opposent un refus sans recours à tout ministre qui n’aurait pas déclaré ses biens juste après sa proposition de nomination. Article 81 : Donner la possibilité d’avoir des députés indépendants et garder la formule actuelle du quotient électoral. De même, l’article 90 gagnerait à être modifié en indiquant que les députés, les ministres, le Président bénéficient de l’immunité au cours de leur mandat seulement, pas de garde à vue au cours de mandat à moins que l’Assemblée nationale en décide au 4/5. Après le mandat, tout le monde devient justiciable.

Titre VII : Rétablir le Conseil économique et social et au niveau de l’article 145 maintenir la procédure actuelle de ratification des prêts.

Pour les questions liées à la Haute cour de justice, à la Cour constitutionnelle et à la Cour suprême, je laisse et exhorte les hommes de droits à faire des amendements, de même que pour les questions liées à la Haac, je laisse les hommes de média faire des amendements.

Cependant, sur la question du référendum, je suis partisan d’un «Oui, mais…» En effet, avant tout référendum, je proposerais une conférence de toutes les forces vives de notre pays pendant une semaine. Un texte final sera ainsi proposé et le référendum serait juste un cachet du peuple.Car modifier la constitution est un acte historique et populaire.Le referendum nous coûtera cher, mais il vaut la peine.Le Bénin sortira gagnant de ce processus. C’est dans ce sens d’ailleurs que j’invite chaque Béninois à apporter, calmement et dans  le respect de l’autorité centrale, sa contribution à l’élaboration de ce projet commun. La fonction présidentielle est délicate et difficile et  j’ai la ferme conviction que notre Président a à cœur de réconcilier toutes les sensibilités du pays.Nous devons l’aider à aller de l’avant, dans l’intérêt supérieur de notre pays. C’est un acte courageux de vouloir adapter notre Constitution aux exigences des temps actuels. Que Dieu protège notre président et que les mânes de nos ancêtres veillent sur le Bénin.

Vive la République!

Florent Houessou

 Président de l’Ong Bénin solidaire