Spread the love

glo djigbeEncore quelques réglages pour que l’aéroport de Glo-Djigbé soit une réalité. Le vendredi 12 octobre 2018, les membres du comité de pilotage du projet, ont entretenu les personnes affectées par la construction de cette infrastructure de norme internationale sur le niveau des préparatifs. La séance d’échanges a eu pour cadre le siège de l’arrondissement de Glo-Djigbé.

Lentement mais surement, le rêve du président Patrice Talon de doter le Bé-nin d’un aéroport de type moderne qui répond aux normes internationales se réalise. A l’occasion d’une rencontre d’échanges avec les personnes affec-tées par le projet, les membres du comité de pilotage de cet édifice ont fait le point du niveau des préparatifs. Dans son point, Moussa Fils Djibril, directeur général adjoint de l’Agence nationale du domaine et du foncier (Andf), a fait observer que sur les 3680 dossiers enregistrés, 1650 ont été traités. Selon lui, dans le traitement des dossiers, des cas de litiges ont été enregistrés. En somme, 830 chèques ont été apprêtés et remis. A l’entendre, beaucoup de chèques sont prêts mais ne sont pas encore retirés. Il a saisi l’occasion pour inviter les personnes concernées à se rapprocher de leur chef d’arrondissement pour les indications à cet effet. Outre le dédommagement des personnes affectées, un site de relogement des noyaux villageois a été identifié. 48 hectares ont été donc acquis par le Gouvernement à cet effet et les techniciens sont à pied pour la construction des logements. Par ailleurs, le Dga/Andf a invité les retardataires à se manifester pour le processus de dédommagement. « La construction de l’aéroport de Glo-Djigbé est irréversible. J’exhorte ceux qui ne l’ont pas encore fait à déposer leurs dossiers. De toutes les façons, s’ils ne le font pas, la loi nous autorise à consigner leurs ressources quelque part et remettre le site à la disposition de l’entreprise chargée de la construction de l’aéroport », a déclaré Moussa Fils Djibril. Entre autres préoccupations des populations, l’exhumation des corps de leurs parents et des terres cultivables. A ces questions, les membres du comité de pilotage du projet les ont rassurées de ce que toutes les dispositions seront prises pour un bon déroulement de l’opération. La séance s’est dé-roulée dans une ambiance bon enfant en présence du préfet de l’Atlantique et du maire d’Abomey-Calavi.

 

Odi I. Aïtchédji