Spread the love
Marches
Un nouveau pas franchi vers la construction des marchés urbains et régionaux

Le gouvernement a donné sa caution pour la sélection de dix (10) cabinets d’architecture pour réaliser des missions complètes de maîtrise d’œuvre dans le cadre du programme de construction et de modernisation de 47 marchés urbains et régionaux. C’était à l’occasion du Conseil des ministres du 13 décembre 2017.
La construction de marchés urbains et régionaux sera une réalité dans les tout prochains jours. A l’occasion de sa dernière séance du Conseil des ministres, le gouvernement a approuvé la sélection des cabinets d’architecture pour la réalisation des missions complètes de maîtrise d’œuvre dans le cadre du programme de construction et de modernisation de 47 marchés urbains et régionaux. Vaste programme de construction et de modernisation de marchés urbains et régionaux à travers tout le pays, ce programme vise à construire des marchés de nouvelle génération, bien équipés et attractifs. Il s’agit en effet, de quarante-sept (47) marchés dont 33 sont constitués de marchés existants à reconstruire et de marchés neufs à créer à savoir 2 à Parakou, 2 à Abomey, 1 à Azovè, 1 à Glazoué et un à Ouègbo. De même, le programme prendra en compte les marchés existants à savoir Dandji, PK3, Tokplégbé, Yénawa, Midombo, Agbato, Ganhi, Aïdjèdo, Doudédji, Saint Michel, Wologuèdè, Sainte Rita, Mènontin, Zogbo, Fifadji, Kindonou, Vèdoko, Gbégamey, Gbodjètin, Cadjèhoun, Lètondougbé, Ladji Farani, Amawuignon, grand marché, Ouando. Sur ces 33 marchés existants, vingt et un (21) sont situés à Cotonou. Le reste est réparti entre Porto-Novo, Abomey-Calavi, Ouidah, Ahouangbo, Houndjro, Marché régional d’Abomey, Cococodji, Pahou, Glazoué, Ouègbo, Azovè. Pour le cas de Cotonou, ce programme permettra de renforcer la couverture du territoire municipal en marchés secondaires et de quartier. Il vient apporter une réponse à la problématique de relogement de certaines activités déplacées de l’espace public et à l’occupation anarchique des espaces publics. Il favorisera également une meilleure fluidité des déplacements autour des marchés. L’avantage de ce programme constitue les emplois connexes liés au fonctionnement des marchés.

Odi I. Aïtchédji