Spread the love
Jean Baptiste Elias
Jean-Baptiste Elias et les siens en conclave à Bohicon

Les membres de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) ont tenu leur première session ordinaire de l’année le lundi 8 janvier 2018. Cette rencontre qui a eu pour cadre la ville de Bohicon s’inscrit dans le cadre de l’exécution  du Projet d’appui à la gestion des investissements publics et à la gouvernance (Pagipg) financé par la Banque mondiale. Elle vise à faire l’état des lieux sur la déclaration et le contrôle du patrimoine au Bénin. A en croire Jean-Baptiste Elias, cette thématique a été choisie pour contribuer à la dynamisation de la chambre des comptes de la Cour Suprême ; la seule instance habilitée à recevoir les déclarations et à exercer le contrôle du patrimoine au Bénin en vue de permettre d’être en phase avec les autres pays de la sous-région. Après avoir défini le concept du patrimoine public et expliqué  le contexte dans lequel intervient la déclaration du patrimoine, Ismath Bio Tchané Mamadou, présidente par intérim de la Chambre des comptes,  a rappelé la liste de ceux qui sont assujettis à faire la déclaration de leurs patrimoines actifs et passifs à l’entrée comme à la sortie de leur fonction républicaine. Elle en a profité pour présenter la mission de sa structure, les difficultés auxquelles elle est confrontée, les travaux à réaliser. Malgré ses maigres ressources, des résultats probants ont été obtenus même s’ils ne comblent pas encore les attentes. A titre illustratif, au démarrage des activités de la Chambre des comptes, 799 déclarations ont été reçues, mais aucun contrôle n’a encore abouti pour des raisons de moyens limités. Au regard des problèmes soulevés, Ismath Bio-Tchané a estimé qu’il faut renforcer la Chambre des comptes en personnels magistrats et non magistrats, en moyens roulants, en matériels informatiques, en moyens financiers, de rendre opérationnelle la Chambre des comptes des Cours d’appel et de revoir les dispositions de la loi parce qu’elle est restée muette sur la forme de la déclaration. A la fin des travaux, Jean-Baptiste Elias et les siens ont pris l’engagement d’intervenir afin que le cri de détresse des agents de la Chambre des comptes soit entendu.

 Zéphirin Toasségnitché 

(Br Zou-Collines)