Spread the love

cotonLe jeudi 17 janvier 2019, Symplice O., conducteur de camion, a été mis aux arrêts  par la Police républicaine pour non-respect de ses engagements vis-à-vis d’un producteur de coton. La sanction qu’il subit pourrait décourager les auteurs d’actes de rançonnement qui s’observent à Banikoara.

Avant d’assurer le convoyage pour les producteurs de coton, des conducteurs exigent une contrepartie. Ils reçoivent des sacs de maïs, de mil ou de l’argent pour convoyer l’or blanc vers les usines d’égrenage. Ceux qui ne remplissent pas cette condition sont laissés sur le carreau.  Et puisque le moyen de transport se fait très rare pendant cette période de commercialisation de l’or blanc, les paysans sont bien obligés de se plier au diktat des conducteurs. Selon les victimes du rançonnement, ils acceptent le deal dans le souci de faire vite évacuer le produit issu de plusieurs mois de dur labeur. Ce sont des faits de rançonnement qui doivent être punis. Le dernier en date s’est produit le jeudi dernier. Après avoir perçu des mains d’un producteur une somme de 40.000 FCfa, deux sacs de maïs et quatre poulets,  Symplice O., conducteur de gros porteur, n’a pas cru devoir honorer son engagement. La scène s’est produite à Kantankoulé,  arrondissement de Toura. Pour cela, le conducteur a été interpelé par les éléments de la Police républicaine de Banikoara où il est placé en garde à vue. Son interpellation fait suite aux nombreuses tentatives infructueuses de règlement à l’amiable du conflit avec les représentants de l’Ucomcvpc. Pourtant, les membres des coopératives ont été  sensibilisés sur ces éventualités par les agents de l’Aic qui sont des facilitateurs dans le processus de commercialisation.  

  Zéphirin Toasségnitché

(Br Borgou-Alibori)