Spread the love
membre-cos-lepi
Les membres du Cos-lépi entrent en fonction

La Cour constitutionnelle a procédé, mercredi 26 août 2015, à l’installation de la nouvelle équipe du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos/Lépi). Les 9 membres de la nouvelle équipe ont prêté serment, conformément aux dispositions du Code électoral. C’était en présence des présidents d’institutions. Dans son discours, le président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo, a félicité les membres du Cos-Lépi pour la confiance que leurs pairs ont placée en eux. Il a ensuite mis un accent particulier sur le rôle que doit jouer leur organe dans l’organisation des prochaines échéances électorales. « La mission du Cos-Lépi est essentiellement de garantir la fiabilité du fichier électoral afin que les opérations électorales soient transparentes, crédibles, impartiales et se déroulent dans un climat apaisé », a fait observer le président de la haute juridiction. Théodore Holo a par ailleurs, donné lecture de l’article 219 du Code électoral, qui précise, dans son dernier alinéa, que « le Conseil d’orientation et de supervision se met en place le 1er juillet de chaque année et cesse ses travaux le 31 janvier de l’année suivante ». La tâche primordiale de la nouvelle équipe est d’intégrer les Béninois de l’extérieur et ceux laissés en rade, dans le nouveau fichier électoral. Le fichier électoral actualisé sera testé avec l’élection présidentielle de 2016, une élection dont le premier tour aura lieu le 28 février. « Le retard qu’a accusé l’installation du Cos-Lépi ne saurait justifier aucune défaillance dans l’organisation des prochaines élections », a prévenu le président Holo qui se dit néanmoins confiant de la qualité et de la compétence des membres de la nouvelle équipe.

 Claudine Vodounon

 Soigner l’image de l’institution

 Intégrer les Béninois de l’extérieur et ceux laissés en rade depuis 2011. C’est la mission que ce Cos-Lépi doit s’atteler à relever. Certes, l’organisation de l’élection de février prochain ne sera pas une sinécure.   Contexte politique agité de fin de mandat oblige. Mais, avec la correction du fichier électoral, l’institution joue, une fois de plus, sa crédibilité. Une crédibilité largement entamée, par la Lépi contestée et « bâclée » de 2011. Franchement, les 42 milliards investis à l’époque n’avaient pas servi à grand-chose. Sauf, à créer une grande confusion, qui a abouti au k.o de la présidentielle. Comme un véritable boulet, la classe politique continue de traîner cet échec. Et depuis, l’image du Cos s’est brouillée. Beaucoup de Béninois nourrissent d’ailleurs un doute et une méfiance légitimes à l’égard de l’institution. Avec l’avènement de l’équipe dirigée par Sacca Lafia, l’espoir était revenu, et l’on s’attendait à un résultat plus satisfaisant. C’était sans compter, avec la pression politique, et la défense des intérêts partisans et claniques. Réaliser un fichier électoral transparent, n’a pas été le souci majeur. Et pour cause. Ayant, très tôt, perdu le contrôle des opérations, le gouvernement a carrément marchandé sa participation. Du financement au compte-gouttes, aux rivalités intestines, sans oublier les passations de marché les plus opaques, le Cos/Lépi a offert un pitoyable cinéma, qui a fini par écœurer plus d’un. Une image que la nouvelle équipe devra s’efforcer de soigner.

W.N

Pour consulter l’album-photos des membres du Cos-lépi cliquez-ici