Spread the love

batokoL’ambassadrice de France au Bénin, Véronique Brumeaux, a été reçue, hier, 21 mars 2017, en audience par le président de la Cour suprême. Une visite de courtoisie qui a permis aux deux personnalités d’échanger sur la coopération bénino-française. De même, Emmanuel Migan, porte-parole de l’Association de lutte contre les arrestations arbitraires au Bénin, a échangé avec Ousmane Batoko. Les deux personnalités se sont confiées à la presse au terme de leurs discussions. Ci-dessous leurs déclarations.

Véronique Brumeaux, Ambassadrice de France près le Bénin : « …poursuivre la coopération »  

«…J’avais demandé au président de la Cour suprême de me recevoir après ma prise de fonction au Bénin. Je l’ai donc rencontré pour qu’il me présente les différentes missions de l’institution. Nous avons également évoqué la coopération entre la Cour suprême du Bénin et l’Ambassade de France au Bénin. Chaque année et traditionnellement, il y a des échanges avec les institutions sœurs françaises, des missions, des sessions de formations. De commun accord, nous nous sommes convenus de poursuivre cette coopération que nous voulons fructueuse pour lui donner un nouveau dynamisme… »

Emmanuel Migan, porte-parole de l’Association de lutte contre les arrestations arbitraires au Bénin :« …intervenir plus pour l’humanisation des conditions de détention dans les prisons » 

«Nous avons choisi de rencontrer le président de la Cour suprême parce que c’est une autorité indéniable. On ne peut pas le contourner pour atteindre l’objectif que nous nous sommes fixés dans la lutte contre les arrestations arbitraires. Etant donné qu’il est le président de la Cour suprême, il nous est important de le rencontrer pour avoir un peu de ses conseils. Il n’a pas manqué de nous nourrir de sa riche expérience, de ce que nous devons faire et de ce qui est obligatoire de faire afin de poursuivre nos actions et surtout d’intervenir plus pour l’humanisation des conditions de détentions dans nos prisons… »

Propos recueillis par

MA