Spread the love
djogbenou-lafia
Joseph Djogbénou, Sacca Lafia et Fortuné Nouatin ont condamné les crimes crapuleux

La recrudescence des crimes crapuleux inquiète de plus en plus le gouvernement. Par l’entremise d’une conférence de presse animée mardi 27 mars 2018 à Cotonou, le ministre de la Justice et celui de la Sécurité ont mis en garde les garants de la tradition contre les dérives.
Ne pouvant rester insensible face à la recrudescence des actes barbares, le gouvernement, par le biais d’une conférence de presse, a mis les têtes couronnées devant leurs responsabilités. Joseph Djogbénou et Sacca Lafia ont, en effet, invité les garants de la tradition à dénoncer les faussaires tapis dans leurs rangs afin qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. «Le gouvernement ne saurait tolérer cette barbarie qui met le peuple dans la psychose», a déclaré le ministre de la Sécurité. Selon Sacca Lafia, chacun est décidé à jouer sa partition pour que les auteurs, les complices et toutes autres personnes impliquées dans ces crimes soient démaquées, interpellées et répondent de leurs actes. Face à la gravité de la situation, le procureur général, le directeur de la Police républicaine et les préfets ont tous menacé de sévir jusqu’à la dernière rigueur pour que force reste à la loi. «Les faux féticheurs seront poursuivis jusque dans leurs couvents et leurs fétiches seront brûlés», a martelé Sacca Lafia. Aux cybercriminels, il a dit qu’ils n’ont pas besoin de tuer pour leur activité en attendant d’être interpellés par la police. Après avoir rassuré le peuple de l’engagement du gouvernement à faire respecter la loi, le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou, a invité la population à faire confiance à la Police républicaine et à la justice qui disposent suffisamment de moyens pour faire appliquer la loi.

O. I. A.

Les têtes couronnées mises devant leurs responsabilités
A la suite de la conférence de presse, le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou, et certains hauts gradés de l’Armée ont tenu une séance de travail avec les têtes couronnées et autres dignitaires ce mardi 27 mars 2018 dans la salle de conférence des tours administratives à Cotonou. Rencontre de vérité, cette séance a permis aux uns et aux autres de situer les responsabilités pour ce qui concerne les crimes odieux qui sèment la panique au sein des populations. Conscients que les têtes couronnées garantes de la tradition ont une part de responsabilité dans la recherche de solution à cette situation, les membres du gouvernement les ont mis devant leurs responsabilités. Ils leur ont demandé de jouer leur partition afin que le Vodoun retrouve ses valeurs. « La religion traditionnelle est une religion de paix et de pardon », ont-ils déclaré. Dès lors, le Vodoun ne saurait être associé à des crimes de sang. Les autorités morales, saisissant la justesse du message du gouvernement, ont promis faire ce qui est de leur ressort pour que le Bénin tourne définitivement la page des crimes crapuleux.

O. I. A.