Spread the love

pangolin-gc3a9antLa lutte contre la criminalité faunique continue de porter ses fruits. 14 trafiquants ont été mis aux arrêts par des équipes conjointes de la Police républicaine et des forestiers dans trois localités du Bénin entre juin et août 2018. En effet, à Kandi, 3 présumés trafiquants ont été arrêtés en août dernier. En juin 2018, 11 trafiquants ont été appréhendés notamment 6 à Cotonou et 5 à Parakou. Tous ont été pris en flagrant délit de détention et commercialisation illégale des ivoires d’éléphants. La somme des pointes saisies pour ces trois arrestations équivaut à 18 défenses, au moins 9 éléphants abattus. L’actuel gouvernement résolument engagé à lutter contre l’extinction des pachydermes et autres espèces intégralement protégées met hors d’état de nuire tous ceux qui portent atteinte à la vie des espèces protégées par la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004, portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application. Si pour la commercialisation des défenses d’au moins 9 éléphants, 14 trafiquants sont arrêtés entre juin et août 2018, il n’y a plus de doute que ce sont des réseaux qui se forment pour massacrer les animaux sauvages et s’organisent pour la commercialisation illégale de leurs trophées. Le programme Appui à l’application des lois sur la faune et la flore (Aalf-Bénin), militant pour la survie des animaux sauvages, surtout ceux en voie de disparition et l’application de la règlementation en vigueur, ne marchande pas son soutien afin d’accompagner le gouvernement pour le démantèlement de ces réseaux.

 SA