Spread the love
Georges Bada, le nouvel homme fort de la commune d'bomey-Calavi
Georges Bada

Le président intérimaire de la Renaissance du Bénin désigné par la réunion d’Abomey présente ses excuses au président d’honneur pour la manière, mais il fallait mettre fin à la situation qui prévalait au sein de la Renaissance du Bénin. Georges Bada revient aussi sur le bien-fondé de cette décision qui décharge Léhady Soglo de ses fonctions. Il répondait au micro de Océan fm.

Votre appréciation des derniers évènements qui ont eu lieu à la Renaissance du Bénin

Les choses sont allées très vite. On ne peut pas voir les choses se pourrir et ne pas réagir. C’est pour ça qu’aujourd’hui 21 membres du bureau politique ont pris la responsabilité d e décharger l’ancien président. Ce n’est pas la première dans nos archives. J’ai été secrétaire exécutif national du parti et je sais exactement que jusque là, les procédures sont respectées, la légalité également est respectée.

Que disent vos statuts par rapport à cette question ?

Il faut simplement une majorité pour les décisions du bureau politique et cette majorité aujourd’hui, nous l’avions rassemblé. Ce qui fait que les décisions sont valables. Il faut nécessairement croire, qu’il y a malaise au sein de notre parti. La porte de sortie est peut être cette manière cavalière que nous avions jugé utile afin de mettre chacun devant sa responsabilité. Nous ne voulons pas être des acteurs inactifs et qui voir mourir les choses. Depuis la fin des élections présidentielles, nous ne sommes pas revus pour faire le point de la situation afin d’orienter nos militants. Aucun point n’est fait, point financier et autres.

Votre leader charismatique qui s’est indigné hier sur nos antennes par rapport à cette exclusion et surtout la méthode que vous aviez adopté.

Le leader charismatique a vraiment raison de s’indigner sur la manière cavalière dont les choses se sont passées. Mais vous saviez, dans la vie, il faut savoir prendre les responsabilités s’il faut et quand il le faut pour ne pas laisser pourrir les choses. Personne ne veut prendre la renaissance du Bénin.

Donc c‘est un mea culpa, vous présentez vos excuses à votre leader Nicéphore Soglo ?

Il n’y a pas de mal en soi. Nous allons présenter notre méa culpa au président d’honneur. Rien n’est jamais parfait dans la vie et nous reconnaissons qu’il y a quelques erreurs. Reconnaissons également avec le groupe majoritaire aujourd’hui qu’il y a malaise.

Mais si c’est transitoire, quelle sera l’avenir avec de la Rb avec vous comme président intérimaire. Faudrait-t-il s’attendre  à un bicéphalisme ?

Non non, disons que nous conduisons les militants vers le congrès en vue d’entériner cette décision prise par la majorité du bureau politique parce que vous savez, l’exclusion est provisoire jusqu’au congrès et c’est ce congrès que nous appelons de tout nos vœux.

Le congrès sera organisé quand ?

Le plutôt possible. Disons que nous nous attendons l’arrivée de notre maman, la présidente madame Rosine Vieyra Soglo afin de déterminer cette date ensemble. Nous voulons rester un et un. Il n’y aura pas de bicéphalisme parce que aucun bureau politique ne peut plus se réunir sans  notre majorité et cette majorité, c’est ceux que vous appelé aujourd’hui les frondeurs mais c’est des frondeurs qui veulent l’unité et  qui veulent la clarté dans la gestion.

Et certains observateurs se demandent pourquoi vous ne réagissez que maintenant ?

Mieux vaut tard que jamais. Vous allez demander à un homme de 50 ans pourquoi se marie t-il maintenant ? Mais il va vos répondre l’heure de Dieu a sonné.

Propos recueillis par Rachida Houssou

Transcription : Marcus Koudjènoumè