Spread the love
Yayi arrache les libertés
Philippe Noudjènoumè

Le Parti Communiste du Bénin PCB désavoue l’autorité rectorale du Campus d’Abomey-Calavi au sujet de la gestion de la crise liée à la suppression de la seconde session à la Flash. Philippe Noudjènoumè, président dudit parti a exposé ce vendredi 12 Juin les limites du système Lmd tout en invitant les uns et les autres à provoquer sa suppression. C’était au cours d’un point de presse.

 Les derniers évènements sur le campus d’Abomey-Calavi et le système LMD. C’est à travers ce thème que le Parti Communiste du Bénin PCB a tenu ce matin un point de presse à son siège pour décrier les échauffourées entre étudiants et forces de l’ordre dans cette Université. Pour les membres du PCB, l’autorité rectorale n’a pas su gérer la crise née au lendemain de la décision du conseil de la Faculté des Lettres Arts et Science Humaines Flash visant à supprimer la seconde session. Le président du PCB a expliqué aux professionnels des médias que les maux des Universités Publiques du Bénin se reposent sur le système LMD. Il s’agit d’un système qui exclut le fils du pauvre selon Phillip Noudjènoumè. Cet enseignant a salué la combativité des étudiants qui ont pu arracher les deux sessions à travers leur récente lutte. La prochaine bataille à en croire ce dernier serait la suppression de ce système qui fait la promotion des riches au détriment des pauvres.

Marcus Koudjènoumè