Spread the love

ebo-goulou2Le bras de fer entre Emmanuel Golou et Clément Houinnou Ebo vient de connaître un autre rebondissement. Le verdict du tribunal de Cotonou reconnaît Clément Houinnou Ebo, comme président du Parti social démocrate (Psd).

Clément Houinnou Ebo, est désormais le président du parti social démocrate(Psd). Ainsi en a décidé le tribunal de Cotonou qui vient de vider ce dossier en 1ère instance. Attendu pour le 27 août 2018, c’est finalement le lundi 03 septembre 2018 que la décision a été rendue. Celle-ci est une confirmation pour Clément Houinnou Ebo qui occupe le poste de président depuis le Conseil national organisé par son camp le 26 juin 2017. Cette décision de Justice vient réconforter le Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique qui avait déjà pris une décision pour reconnaître le bureau de Clément Houinnou Ebo.  C’est une victoire pour le protégé de Bruno Amoussou qui a désormais une base juridique pour prendre les décisions au nom du Psd. Interrogé sur la décision, Clément Houinnou Ebo, n’a pas caché sa satisfaction. Selon ses propos, cette décision du tribunal est la preuve que la vérité triomphe toujours sur le mensonge. « La vérité est un boulevard et le mensonge est un sentier. Ce qui s’est passé, il fallait ça. C’est une expérience comme toute expérience », a-t-il souligné. Mais du côté du camp d’Emmanuel Golou, les voies de recours seront utilisées. Dans un message adressé aux militants, il a invité les uns et les autres au calme et à la sérénité.« Mais, je voudrais dire à tous que les avocats du Parti travaillent pour formuler un appel contre ce jugement de premier ressort afin que la vérité soit rétablie dans cette affaire », a-t-il conclu.

 L’origine de la crise Psd 

 La crise au parti social démocrate a commencé en 2016. En effet, en 2012, Emmanuel Golou, président intérimaire du Psd a pris la présidence en 2015 lors du Congrès du parti. Il venait de succéder ainsi à Bruno Amoussou qui dirigeait le parti depuis l’avènement de la Conférence des forces vives de la nation. Mais les dissensions entre les deux hommes se sont révélées au grand jour lors de l’élection présidentielle de mars 2016. En effet, Emmanuel Golou, président du parti aurait décidé de façon unilatérale d’appeler les militants du parti à soutenir Sébastien Ajavon, candidat à la présidentielle pendant que son prédécesseur, Bruno Amoussou qui avait toujours de l’emprise sur le parti appelait à voter le candidat Patrice Talon. Cela a fragilisé le parti. Après cette étape, des membres fidèles à Bruno Amoussou ont dénoncé la gestion solitaire et cavalière d’Emmanuel Golou et ont décidé de l’organisation d’un conseil national qui a eu lieu le 26 juin 2017 et qui a connu la destitution d’Emmanuel Golou et le choix de Clément Houinnou Ebo comme président intérimaire.

 Armel Nelson Avadémey

 Quelques réactions

 Emmanuel Golou :« Les avocats du Parti travaillent pour formuler un appel »

 « Chères militantes, chers militants, chers (e) amis (e). En fin de matinée de ce lundi 3 septembre 2018, le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou statuant en premier ressort a rendu le verdict dans le dossier de notre Parti. En fondant sa décision sur les textes du Parti version 2015, le juge a entériné les actes pris au Conseil national organisé le 26 juin 2017 par nos vis-à-vis au mépris des dispositions de ces textes. Je ne voudrais pas commenter cette décision du juge quand bien même, elle suscite assez de commentaires juridiques et laisse transparaître des doutes. Mais, je voudrais dire à tous que les avocats du Parti travaillent pour formuler un appel contre ce jugement de premier ressort afin que la vérité soit rétablie dans cette affaire. Ainsi, je lance, aux militants et sympathisants un appel au calme et à la sérénité. Le terrain est le vrai juge. Vive le Bénin »

 Clément Ebo :« …la vérité triomphe toujours sur le mensonge »

 Comment réagissez-vous après le verdict du tribunal ?

Ma réaction, elle n’est que salutaire. C’est l’œuvre de Dieu. C’est la preuve que la vérité triomphe toujours sur le mensonge. La vérité est un boulevard et le mensonge est un sentier. Ce qui s’est passé, il fallait ça. C’est une expérience comme toute expérience. Il fallait ça pour leur montrer que Dieu est une grandeur qu’il faut respecter.

 Après ce verdict, quelle sera la suite au sein du Psd ?

C’est la bonne reprise des choses en main. Il faut avouer que cette situation dans laquelle le parti était englué a freiné un peu les activités. Il n’y avait pas fierté à être à la tête d’un parti dont la présidence est disputée. Maintenant que l’horizon est clair, chacun saura le rôle qui est le sien et se déterminera.

 Quelles seront les premières actions de votre camp ?

Je vais regrouper le Bureau exécutif national pour décider de la suite.

 Vous n’attendrez pas la fin du procès au tribunal parce que le 2ème camp compte interjeter appel ?

C’est légitime. S’ils pensent qu’ils ont encore une chance à être flattés, ils peuvent y aller. Les voies de recours sont là pour tout le monde.