Spread the love
houndegnon
Houndégnon déçu par le président du comité

Le comité de normalisation du football béninois est actuellement en lambeaux. Après l’éviction de Laurent Houngnibo et Médard Sessinou par la Fifa, c’est le vice-président, Louis-Philippe Houndégnon qui a démissionné. Voici la lettre de démission dans laquelle ce dernier relève plusieurs griefs contre le président Rafiou Paraïso.

Cotonou, le 21 décembre 2015
 A
Monsieur le Secrétaire Général de la Fifa
Zurich
Objet : Démission du comité de normalisation
 Monsieur le Secrétaire Général,
 Je viens par la présente vous faire part d’un certain nombre d’observations sur le fonctionnement du comité de normalisation du Bénin qui sont contre mes convictions et ma vision de la mission qui nous a été confiée par la Fifa par sa décision du 25 septembre 2015.
En effet, depuis l’installation du comité de normalisation, le président avec le soutien de trois autres membres se réclamant tous proches d’un camp (celui qui a perdu les élections du 30 septembre 2013 à la Fbf) ne cesse de poser des actes que je trouve personnellement préjudiciables à la réunification de la famille du football.
Au nombre de ces actes, nous pouvons citer le limogeage annoncé du secrétaire général de la Fbf dont je n’ai été informé que dans la presse au cours d’un point de presse qu’il a organisé sans même informer ses collègues du comité que nous sommes. En ma qualité de vice-président, j’estime que ce n’est pas par la presse que je dois être informé. La raison fondamentale de ce limogeage serait la proximité du secrétaire général avec l’ancien président de la Fbf même si d’autres prétextes ont été avancés pour justifier l’acte de révocation. Je précise que cette révocation du secrétaire général n’a été inscrite nulle part à l’ordre du jour de la séance au cours de laquelle il a affirmé avoir fait cette révocation.
De plus, je pourrai mentionner la destitution du secrétaire administratif de la Fbf et son remplacement unilatéral par un de ses proches.
La restructuration du comité où sur les six nouveaux postes créés, le président s’est attribué à lui tout seul trois à savoir, chargé du sponsoring et marketing, chargé des équipes nationales et le poste de porte-parole de la Fbf, en a attribué un à chacun des trois autres membres qui prétendent être désignés par la même source.
La nomination sans que cela ne soit inscrite à l’ordre du jour de la réunion du 15 décembre 2015 du sieur Dadjo Marius, un des membres du quatuor qu’il a formé comme secrétaire général intérimaire de la Fbf en violation des statuts de la Fbf en son article 61.4. Malgré l’opposition de certains membres à la prise d’une décision aussi grave que celle-là sans l’avoir inscrit à l’ordre du jour, et la contradiction manifeste de cette décision avec les textes, le président n’a pas voulu faire preuve de sagesse et a demandé que mention soit faite dans le Pv de la séance que Monsieur Dadjo a été nommé Sgpi de la Fbf par 4 voix pour et 3 contre.
Ces actes d’exclusion et ce régime de règlement de compte instaurés par le comité ont été dénoncés par la presse nationale et certains clubs de la Ligue 1, Ligue 2 et National.
De mes propres déductions, le président du comité de normalisation n’apparaît pas neutre et se trouve dans une dynamique de favoriser un camp contre un autre.
C’est dans ces conditions, que j’ai appris dans la presse que votre institution sur la base d’un rapport certainement tronqué aurait retiré du comité deux membres que le président estime ne lui sont pas favorables.
Au regard de tout ce qui précède, et ne voulant pas apporter ma caution à l’injustice, à l’arbitraire source des frustrations et de discorde et à la prise en otage de notre football, je viens par la présente vous déposer ma démission du comité de normalisation à compter de ce lundi 21 décembre 2015.
Vous en souhaitant bonne réception, je vous prie d’accepter Monsieur le Secrétaire Général, l’assurance de mes salutations sportives.
Igb Louis-Philippe Houndégnon