Spread the love

maire gominaUne forte crise secoue depuis peu, le conseil communal de Bassila dans le département de la Donga. Il est notamment reproché au maire Gomina Aboubacari, la mauvaise gestion des affaires de la localité. Un collectif de 9 conseillers dissidents sur 17 que compte le Conseil communal de Bassila exige depuis lundi 20 août 2018, la convocation d’une session extraordinaire pour un vote de défiance à son encontre. Lire ci-dessous, un extrait des faits reprochés à l’autorité communale.

1-L’instauration des tickets parallèles signés par vos soins dont nous détenons les preuves et la fausse déclaration devant les membres du Conseil du montant des paiements effectués par l’entreprise Ebomaf dans le cadre du bitumage de la route Dassa-Djougou. Dans ce dossier, qui a suscité de vives polémiques au sein du conseil, par votre manœuvre tendant à dissimuler des fonds, vous avez déclaré un montant de 200.000.000 de FCfa à la 3ème session ordinaire du 28 septembre 2017. Il aura fallu des écrits de dénonciation et de réclamation successives avant que ne se rétablisse la vérité sur le montant réel de 283.061.507 FCfa ;

2-La majoration unilatérale sans l’avis du conseil des tarifs à appliquer aux balances lors de la commercialisation des noix de cajou au titre de la campagne 2018. Vous avez élevé de 5000 FCfa autorisés par le conseil à 10.000 FCfa sur votre seule initiative ;

3-L’acquisition des motos en violation des décisions et directives du conseil communal ;

5-La répartition sans concertation des autres conseillers communaux, des lampadaires solaires. Cette répartition a été faite de façon fantaisiste excluant les plus nécessiteux malgré les contestations des conseillers ;

6-La gestion calamiteuse du projet 50.000 plants d’anacardiers pour booster la culture d’anacardes dans la Commune ; les membres du Conseil communal n’ont été associés, ni au processus de production, ni aux modalités de distribution ; ce qui a créé des frustrations dans le rang de nombreux producteurs, car certains bénéficiaires se sont révélés revendeurs desdits plants ;

7-La construction d’un magasin sur le parking gros porteur de la ville de Bassila sans la délibération du conseil communal ;

8-La décision unilatérale de la non-célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance de notre pays en faisant croire à l’opinion publique que c’est le Chef de l’Etat qui l’aurait interdite.