Spread the love
uac-de-face
L’invalidation de l’année à la Flash/Uac consommée

Autre époque autre mœurs. Il semble que, cette fois-ci, les choses ne fonctionneront pas comme sous papa gentil (Yayi Boni). Il n’y aura pas de rencontre de dégel au Palais pour sauver l’année. Les apprenants doivent considérer l’invalidation consommée. Pendant ce temps, on joue discrètement sur le temps.

Ils sont conduits en douce vers la matérialisation de l’invalidation de l’année. Les responsables  d’étudiants n’auront pas vraiment la chance, cette fois-ci. Le  régime Talon, pratiquement ferme, ne manifeste aucun intérêt visible pour le dégel de la crise. Pas de tentative de négociation de la part de la ministre du gouvernement en charge de l’enseignement supérieur ! Pas de mesure particulière ! Le gouvernement, un peu habitué à des formules discrètes de gestion des crises, s’y attèle peut-être, mais ce qui est visible, c’est le statu quo noté qui donne l’impression d’un désintérêt dans ce sens. Parallèlement, les tentatives de dégel prospèrent à peine. C’est un peu comme du baume passé pour montrer qu’on résout le problème. Comme le dit l’adage, on laisse le serpent pour taper dans le buisson. Le réseau Séraphin Agbahoungbata et autres avait promis rencontrer le Rectorat et ensuite la ministre. Qu’en est-il une semaine après la rencontre des étudiants ? Coup d’épée dans l’eau de ce côté, pourrait-on dire. On en est là quand a ‘’surgi’’ une rencontre entre le rectorat et Claudine Prudencio de la commission éducation à l’Assemblée nationale. On a des difficultés à cerner l’impact de cette rencontre sur le dégel de la crise. Cette rencontre, pour quelle efficacité? Que peut-on vraiment attendre de cette rencontre qui semble être une balade ? Tout porte à croire qu’on laisse pourrir la situation pour aboutir à l’invalidation. Les enseignants n’en seront que consolés. Ils n’ont d’ailleurs jamais accepté les pratiques de Yayi Boni qui consistaient à les mettre à la même table que les apprenants. C’est tout bénef. Le régime joue en douce le sort des apprenants.

Abdourhamane Touré