Spread the love
yayi-famille
Yayi a beau tout faire, il sera rattrapé par sa gestion

(Son épouse, son fils, son neveu et son beau-frère sont candidats)

Depuis 2006, une seule personne a été élue président de la République du Bénin. Et, à lui seul le mandat a été renouvelé en 2011. Contre toute attente, c’est tout Tchaourou (famille présidentielle) qui se retrouve au niveau des plus hautes Institutions du pays. Pour les prochaines élections législatives, ils sont presque tous candidats. Une situation qui ne cache rien que la peur d’être rattrapée surtout la volonté de ne plus quitter le ‘’biberon’’ du pouvoir d’Etat.

Yayi Boni et toute sa famille veulent diriger le Bénin. Lui-même, son épouse, ses enfants, ses parents et sa belle famille courent dans tous les sens pour être casés dans les Institutions étatiques. Personne ne veut chômer ou se débrouiller comme le jeune de Djakotomey ou de Kouandé. A part ceux qui sont déjà à d’importants postes, le reste travaille d’arrache-pied pour s’asseoir avant la fin des choses. A la tête du pays, il y a Yayi, père, qui règne. A ses côtés au palais de la Présidence de la République, il y a son fils qui est nommé depuis longtemps, secrétaire permanent du Conseil présidentiel de l’investissement. Il a remplacé Christophe Aguessy, un ami à son père, chassé dudit poste. Au secrétariat particulier du président de la République, c’est Yayi-fille qui est là et gère les dossiers secrets de son papa. Rachel Yayi a été appelée à la présidence de la République en remplacement de Babamoussa, chassée injustement suite à des rumeurs. A la maison, c’était la nièce et la première dame. Mais, Zoubérath est partie dans ce dossier « tentative d’empoisonnement et de coups d’Etat ». La première dame n’est visiblement pas satisfaite de ce titre et en veut plus. Comme l’autre sœur de Ouidah, elle veut aussi se faire appeler députée à l’Assemblée nationale. Elle avait déjà été élue en 2011 et a cédé sa place à son parent Grégoire Akofodji qui achève son mandat dans quelques semaines. Pour les élections d’avril prochain, et voyant venir la fin du précieux titre de première dame avec les avantages y afférents, elle s’est fait positionner candidate pour tenter, à nouveau, sa chance pour les législatives. Chantale de Souza ne sera pas la seule de sa famille. Son frère aîné, membre du parti Frap, est aussi dans le combat. Marcel Alain de Souza est aussi candidat, mais pas à Ouidah comme sa jeune sœur. Il est positionné en tête de liste à Cotonou dans la 16ème circonscription électorale. Juste après lui, sur la même liste, c’est l’un des fils du chef de l’Etat. A peine 25 ans, il a la bénédiction de la famille politique de son papa pour aller à l’Assemblée nationale. Chabi Nadjim Georges Yayi est donc en deuxième position sur la liste Fcbe dans la 16ème, juste après son oncle. Un petit calcul donne : Papa, maman, deux fils, une fille et un beau-frère dans les deux plus grandes Institutions de la République du Bénin. Tout ça pour la famille Yayi seule, au Bénin, pendant que des familles toutes entières prient pour avoir une seule personne employée quelque part pour survivre. Ce n’est pas tout. Toujours à la présidence de la République, il y a d’autres ressortissants de Tchaourou. Mais, retenons un seul exemple : Adam Bagoudou. C’est lui l’intendant du palais et, point n’est besoin d’étaler, ici, l’étendue de son pouvoir d’argent à la présidence. Puisqu’à son poste actuel, la fin est pour mars 2016, il est déjà candidat à la députation dans la 8è circonscription électorale. Adam Bagoudou, un neveu de Yayi Boni, originaire de Tchaourou quitte donc le palais de la présidence pour le palais des gouverneurs. Tout ça pour la famille Yayi seule. D’aucuns diront que c’est peut être le destin du Bénin avec les différents chefs d’Etat qu’il connaît depuis 1990. Mais, le cas précis semble trop criard. Avec le Général Mathieu Kérékou, il y a moins de membres de famille nommés. La plupart étaient des fonctionnaires. Les fils de Kérékou, bien que nombreux, étaient moins nombreux sur le plan politique et à des postes ‘’juteux’’. Avec Nicéphore Soglo, c’est vrai que l’histoire de papa, maman et fils les concerne. Mais, en réalité, ils étaient combien ? Ils sont combien aujourd’hui, les membres de la famille de Nicéphore Soglo à avoir été aux affaires ? Nous sommes, visiblement en présence d’un cas d’exagération.

 Félicien Fangnon