Spread the love

houssou-angeloLe juge Angelo Houssou, devenu célèbre en raison des ordonnances de non-lieu rendues dans les affaires qui opposaient le Chef de l’Etat béninois, et son ancien mentor et bras financier, Patrice Talon, a regagné ses pénates, dimanche 16 août 2015, au petit matin. Réfugié aux Etats-Unis depuis le 1er décembre 2013, le magistrat, qui a failli être bloqué à l’Aéroport de Cotonou, a déclaré vouloir participer à une meilleure gestion de son pays.

Le juge Angelo Houssou serait-il indésirable dans son propre pays ? La question était sur toutes les lèvres avant-hier samedi 15 août 2015, à l’Aéroport international Cardinal Bernardin Gantin, à Cotonou. Comme bon nombre de ses compatriotes le redoutaient, le juge a eu droit à un « accueil plutôt musclé » de la part des forces de l’ordre qui l’ont bloqué à l’aéroport de Cotonou. Sa délégation (des citoyens américains et français) et lui. La Police de l’aéroport était-elles en mission ? Nul ne saurait le dire avec certitude. En tout cas, cela y ressemble beaucoup. Car, pendant de longues heures, le site de l’aéroport a été fortement militarisé. On aurait cru que le Bénin était en état de siège, vu le nombre de forces de l’ordre déployées, leur attitude et l’issue plutôt ridicule et vraiment cocasse que cette arrivée a connue. Avait-on franchement besoin de pousser les bouchons si loin pour le retour d’un juge, à plus forte raison un citoyen béninois ? Accouru pour assister son collègue, Me Joseph Djogbénou était plutôt ahuri et scandalisé devant le spectacle peu décent, et carrément honteux, offert par la Police béninoise. Le comble pour lui, c’était qu’un juge qui rentre au bercail soit astreint à un interrogatoire sur Pv. Mais, depuis 2006, ce pays qui a déjà affronté d’autres situations de non-droit, a vécu des vertes et des pas mûres.

De l’acharnement gratuitmilitaires-aeroport

 Cependant, beaucoup de proches, amis, sympathisants et collègues étaient au rendez-vous pour accueillir l’intrépide juge. Fanfare, un nombre impressionnant de « zem », notables, chefs religieux et curieux étaient au rendez-vous. Un moment de fête et de kermesse, mêlé à l’appréhension de voir le juge retenu, flottait dans l’air. La crainte était palpable et se lisait sur des visages marqués. A cela, s’ajoutent l’angoisse et l’impatience des parents et proches qui ont déjà souffert, longtemps, le martyr de l’absence. Malheureusement, l’attente va se prolonger dans la nuit. Finalement, contre toute attente, le Juge des fameuses ordonnances a été libéré dans la nuit. Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer et justifier l’acharnement dont il a été victime. Selon les propos de Me Joseph Djogbénou, le juge Angelo Houssou était accompagné, sur le vol de la compagnie Asky qui l’amenait de Lomé, par des amis Américains et Français. Ceux-ci, bien-que disposant de passeports et visas touristiques légaux, avaient essuyé le refus de la Police de l’Aéroport. « Ils seraient une menace pour la sécurité intérieure », pouvait-on entendre dans les explications fournies. Mais, malgré l’intervention d’un responsable de l’Ambassade des Etats-Unis, appelé à la rescousse, rien n’y fit. Les hôtes français et américains d’Angelo Houssou étaient toujours indésirables.

 Wilfrid Noubadan

Me Orounla, avocat du Juge Houssou : « Je célèbre le retour du fils »

 « Une ambiance très détendue, feutrée républicaine où j’ai ce que je qualifie de la crème de la Police qui a traité ce dossier sensible et délicat avec beaucoup de doigtés. Il n’avait pas de maltraitance. On s’est juste préoccupé des conditions de retour annoncé du Juge Houssou dont on connait le parcours. Donc, je suis heureux et je célèbre le retour au bercail du fils qui nous a manqué, du frère qui était trop loin et qui a, pourtant, des choses à faire à l’intérieur du pays ».

 5 accompagnateurs de Houssou refoulés du Bénin

Comme annoncé depuis quelques jours, Angelo Houssou, juge béninois en exil aux Etats-Unis depuis 2013, est rentré au bercail. L’homme a subi le même sort qui a été réservé à Olivier Bocco puisqu’il a passé près de douze heures d’horloge à l’aéroport Bernardin Cardinal Gantin de Cotonou. Ses 5 amis de différentes nationalités, avec qui il était, ont été refoulés du Bénin.

Ils sont déclarés persona non grata au Bénin. Eux, ce sont les 5 accompagnateurs du juge Angelo Houssou. Ils sont au Bénin dans le cadre d’une visite touristique, mais ces derniers ont été refoulés par les autorités béninoises. Malgré leurs visas, ces visiteurs ont été simplement renvoyés car, ils représenteraient une menace pour la sécurité intérieure du Bénin, selon les sources policières. Dans ses premières déclarations, le juge qui a rendu les deux célèbres ordonnances de non-lieu dans les affaires « tentative d’empoisonnement et de coup d’Etat » et qui a été contraint à l’exil s’est dit heureux de retrouver les siens. « Je ne suis pas venu pour remuer les rancœurs. En tant qu’homme d’avenir et à l’idée que l’exil est définitivement terminé, je suis venu pour contribuer, aux côtés de mes vaillants et valeureux compatriotes au travail de construction de la nation », a-t-il fait savoir. Il estime que le traitement qui a été réservé à ses accompagnateurs n’est qu’un acharnement tout en espérant que le droit sera dit à propos de cette mesure de refoulement. Lire ci-dessous un extrait de sa première déclaration à la presse.

 Marcus Koudjènoumè

Déclaration du juge Angelo Houssou : « Le droit va prévaloir sur toute autre considération»

« C’est avec grande émotion que je retrouve la terre béninoise. Je suis rentré avec beaucoup de bonheur, de confiance. Je peux vous dire que c’est dans le plus grand intérêt du Bénin que nous soyons soudés pour ensemble bâtir la nation dans la fraternité, la justice et le travail honnête. Je ne suis pas venu pour ressasser le passé. Je ne suis pas venu pour remuer les rancœurs. En tant qu’homme d’avenir et à l’idée que l’exil est définitivement terminé, je suis venu pour contribuer aux côtés de mes vaillants et valeureux compatriotes au travail de construction de la nation. Je suis donc venu pour assumer ma part de responsabilité patriotique. Voilà pourquoi je crois à un Bénin autrement gouverné. Je crois à un Bénin résolument meilleur. Je crois à un Bénin nouveau. Je peux vous dire que je suis solidaire de mes amis qui ont accepté de m’accompagner pour visiter le Bénin. Je suis solidaire de la situation qui leur est faite simplement du fait qu’ils sont avec le juge Houssou. Il y a une mesure de refoulement qui vient d’être prise à leur encontre et j’estime que bientôt le droit va prévaloir sur toute autre considération ».