Spread the love

JfnLa femme doit être célébrée. C’est ce qu’ont compris les responsables de l’Ecole normale de Porto-Novo en initiant la Journée de la femme normalienne. Cette rencontre qui a eu lieu le samedi 29 mars 2019 a été parrainée par Basilia Adjagba Houssou, l’épouse du ministre Dona Jean-Claude Houssou.

Les femmes de l’Ecole normale de Porto-Novo, pour leur ascension et leur émancipation dans la société, peuvent compter sur leur aînée Basilia Adjagba Houssou. C’est du moins la promesse qu’elle leur a fait avant de leur prodiguer quelques conseils. Selon la marraine de cette édition de la Journée de la femme normalienne, quand on parle d’approche genre, il ne devrait pas s’agir de prôner une discrimination positive en faveur des femmes ou à défendre des quotas de postes au sein des Institutions. Au contraire, elle doit consister à faire prendre conscience du statut de la femme dans toutes les décisions qui sont prises. Face à cette grande responsabilité, Basilia Adjagba Houssou fait le constat que la femme béninoise n’a pas suffisamment conscience de ce que la société, le monde et l’humanité se reposent sur elle. C’est pourquoi elle a invité les récipiendaires du jour au dialogue avec leurs partenaires, futurs conjoints ou époux et de faire de la question de la santé sexuelle un sujet dont on doit débattre au sein du couple. Le dialogue, a-t-elle martelé, est primordial. Il est même vital. La femme et l’homme sont programmés pour être en tandem. Pour finir, elle les a exhortées au travail et à l’affirmation de soi. « Chers sœurs ! Battez-vous ! Prenez la mesure de vos responsabilités, et sachez saisir la balle au bond, car vous êtes au cœur du développement et de la stabilité sociale. C’est à ce prix que mon mari, le ministre Houssou, et moi ne ménagerons aucun effort pour vous soutenir », leur a-t-elle lancé. Le Secrétaire général du Bureau d’union des élèves professeurs, Salomé Djossou, quant à lui, a d’abord remercié Basilia Adjagba Houssou pour avoir accepté de parrainer cette promotion de normaliennes, avant de se prêter, lui aussi, au jeu des conseils. « Les femmes ont toujours cherché à se faire fortes image au cours des dernières décennies. Je vous suggère de rester forte et de vous battre pour vos droits. Vous avez, toutes, les droits de vous éduquer davantage, d’améliorer vos compétences et bien plus encore. Les femmes ont été comme l’eau, facile à s’adapter à tous les rôles pour lesquels elles sont proposées », a insisté Salomé Djossou. Pour cette édition de la Jfn, les réflexions ont tourné autour du thème : « Femme normalienne : intègre le concept genre dans le comportement et prend conscience de ta santé sexuelle ».

Joël Samson Bossou