Spread the love
Bida-Nouhoun-2
Le député Bida Youssoufou prend des risques qui lui seront fatals

Incongruités ! Imprudences ! Absurdités ! Le jeune député Fcbe, Bida Nouhoum Youssoufou reste l’un des rares à accepter encore de jouer le rôle de marionnettes ces derniers jours pour le régime politique sclérosé et agonisant de Yayi Boni. Et manifestement, il prend le risque d’essuyer les plâtres.

Maître Joseph Djogbénou, s’est-il débiné, face à une imaginaire invitation que Ortb/Tv lui aurait adressée à propos d’un débat relatif à la révision de la Constitution ? Et, face à quel contradicteur ? Bida Nouhoum Youssouffou ! Que peut redouter un agrégé en droit de la trempe de Joseph Djogbénou, rompu à l’exercice du maniement de la parole, face à un individu qui peine à lire sur papier son propre nom ? Au mieux, ceux qui lui ont imposé un tel rôle réservé au théâtre ont envie de le « finir » et, au pire des cas, de l’enterrer vivant. Décidément, il ne reste plus rien chez les Fcbe (Forces cauris pour un Bénin émergent). Car, au moment où ce panier à crabes, conglomérat de partis, mouvements, et individus reliés par les seules sucettes du pouvoir pouvaient se targuer encore d’avoir un mot à dire dans un débat sérieux, ce nom n’a jamais été entendu. Et voilà que depuis quelques jours, le navire prend l’eau. Tout le monde l’a déserté avant que le naufrage ne soit constaté. Toutes les têtes pensantes qui pouvaient encore fournir, ne serait-ce que des arguties pour servir d’oripeaux à un pouvoir sans garde-fous, ont choisi de s’inscrire dans l’avenir. On comprend aisément qu’à défaut de chien, un mouton soit envoyé à la chasse au carnassier. Bida Nouhoum Youssouffou est véritablement en danger, du moins s’il a un brin d’amour-propre à défendre encore. On a beau analyser sous toutes les coutures, on ne comprend pas ce qui peut pousser cet imprudent et solitaire défenseur d’une cause perdue à demander obstinément à étaler sa vacuité devant l’hilarité des quelques personnes qui font encore l’effort de regarder la chaîne de télévision « Yayi Tv » dirigée par l’éminent journaliste Stéphane Todomè. Et il ne s’est trouvé personne pour le ramener à la lucidité. Bien au contraire : alors que Maître Joseph Djogbénou est au Burkina Faso pour faire une contribution au Barreau de ce pays et l’a fait savoir, c’est le moment choisi par ceux qui manipulent le « Bidet de Yayi » pour laisser croire que Me Djogbénou est invité à un débat contradictoire avec Bida, mais n’a pas donné suite à l’invité. Mais en réalité, ladite invitation n’a jamais existé que sur les réseaux sociaux. Une drôle de situation qui prouve que véritablement Bida et ceux qui tirent les ficelles derrière lui ignorent que même dans le théâtre, la vraisemblance est une règle capitale. Et là, on s’étonne que les artistes comédiens ne protestent pas que des amateurs politiques prennent d’assaut leur métier et l’exercent en violant les règles qui le gouvernent. Depuis le Burkina Faso, Me Djogbénou, (après s’être certainement esclaffé), a délégué, pour le représenter, Urbain Amègbédji, son camarade du parti Alternative citoyenne qui, par ailleurs, a déjà brisé plus d’une fois les prétextes Fcbe pour faire avaler aux Béninois la pilule « révision de la Constitution ». Mais là encore, les comédiens ont plutôt choisi de se réfugier dans un monologue sur les réseaux sociaux. Tel est le sens qu’il convient de donner à la lettre censée destinée à Todomè et mise en ligne au nom de Bida, hier maigrelet de Djougou qui prit une « forme bidendumique » au détour d’une virée parlementaire de quatre ans .

 Griot de service

 Il ne faut guère s’émouvoir de toutes ces élucubrations. Presque en dix ans de pouvoir exceptionnel, ce régime n’a jamais toléré le moindre débat sur l’Ortb, la chaîne publique des Béninois. De Julien Akpaki à Stéphane Todomè, la machine a fonctionné de sorte que chaque fois que l’Ortb/Tv doit diffuser le monologue d’un ministre vidomègon ou d’un griot de Yayi Boni, ce show est toujours annoncé comme un « débat ». Il était temps de prendre le sens de ce qu’est un débat et des conditions dans lesquelles il est organisé. Mais de là à se servir d’un député, fût-il d’obédience Fcbe, pour jouer une pièce bouffonne, il y a de quoi s’indigner de l’incongruité. Bien évidemment, parmi ceux qui gardent encore un pied à bord du navire en délire… pardon en dérive, les habitués, relativement plus lucides, sont en campagne pour se garantir une porte d’entrée dans le prochain pouvoir, plutôt que de s’attarder sur de vaines bouffonneries. La situation de ce jeune député sortant ressemble bien à celle d’un édenté réclamant de la canne à sucre : c’est plus qu’imprudent. Sauvons-le avant que Ortb/Tv ne concrétise son cynisme en organisant effectivement un débat suicidaire entre Me Djogbénou et Bida. Ce ne serait qu’une œuvre de solidarité et surtout d’assistance à une personne en danger. Sauvez Bida, sinon il sera écrasé. C’est un combat entre un pot de fer et un pot de fleur qu’il tente d’engager. Pitié, Me Djogbénou.

 Apol Emérico Adjovi (Coll)