Spread the love
Cyr Koty
Le ministre Cyr Koty était face aux députés

L’Aéroport international de Tourou qui couvre une superficie de 4000 hectares n’est pas encore mis en service. Le gouvernement a été formel, hier jeudi 26 avril 2018, lors de la plénière consacrée à la question orale avec débat, posée par les députés Issifou Amadou, et René Bagoudou.

Le gouvernement a exprimé devant la plénière que la vision du gouvernement, contrairement aux allégations des députés signataires de la question orale, est de faire de l’aviation civile un vecteur de la croissance économique, et moderniser les infrastructures aéroportuaires. Dans le cas d’espèce, la construction de l’aéroport de Tourou révèle plusieurs points de non-conformité. Au nombre de ces points, on peut citer la non-réalisation d’étude préalable et le caractère partiel du projet. Le volet personnel, équipement, infrastructure, sûreté, sécurité, n’étant pas aux normes, constituent aussi des points de non-conformité. Bref, le projet pêche dans sa forme initiale. A en croire le gouvernement, ces ratés ne permettent pas d’enclencher le processus de certification de l’aéroport international de Tourou auprès de l’Organisation de l’aviation civile (Oaci) qui est l’organisme international en charge des standards dans le domaine de l’aviation. Rappelons que le schéma de financement dudit aéroport montre la participation du gouvernement à hauteur de 19 milliards 794 millions 622 mille sur le Bge, de Ecobank et de Boa qui ont déjà déboursé 39 milliards de FCfa. Le gouvernement répondait ainsi à la question orale avec débat qui lui a été posée. En effet, les signataires de ladite question s’étonnent que le deuxième aéroport international du Bénin, censé relié le septentrion au reste du monde, ne soit pas en service, après le fameux vol inaugural du 18 mars 2016. Dans leur amertume, les deux parlementaires accusent le gouvernement d’arrêter l’horloge du progrès à Tourou. Au cours des débats, ceux-ci ont protesté contre le fait que le gouvernement dise que le projet initial a été mal conçu.

Martin Aïhonnou

(Coll)