Spread the love
KEREKOU-MATHI
Mathieu Kérékou dépose enfin les armes

Le Bénin pleure un homme de paix, un digne fils du pays et un infatigable serviteur de la Nation. L’ancien guide du marxisme-léninisme, précurseur de la démocratie de 1990 s’est éteint à l’âge de 82 ans. Une énorme perte, mais les souvenirs de ses actes survivront. Voici ce qu’on sait des derniers jours de l’immortel Mathieu Kérékou.

Très souffrant depuis quelques semaines, l’ex-président de la République du Bénin, Mathieu Kérékou n’a pu renverser la situation, le 14 octobre 2015 aux environs de 13h30 mn. La dégradation de son état de santé qui s’est accentuée depuis deux semaines, tourne au drame. Son épouse Marguerite toujours à son chevet fait appel au médecin et à ses enfants. Tout était terminé. Le Général a cassé la pipe. Et pourtant, l’homme du 26 octobre 1972 a lutté contre plusieurs maladies de vieillesse. Même s’il n’avait pas connu une si brutale chute, il présentait de grands signes de faiblesses. Seulement hier, les évènements se sont précipités. Pendant que l’ex-locataire des filaos se débattait, la santé de son fils Wilfried Kérékou opéré, nécessitait une évacuation sanitaire. Vu l’état dans lequel se trouvait l’ex- chef de l’Etat, il a été décidé de ne pas l’informer de l’état de santé de son fils. Et malgré toutes les précautions prises, l’irrémédiable est survint. La question qu’on se pose est de savoir si finalement le Général-président a appris la nouvelle de son enfant avant de s’éteindre.

FN

L’immortel Kérékou

Le Bénin pleure un homme de paix, un digne fils du pays et un infatigable serviteur de la Nation. L’ancien guide du marxisme-léninisme, précurseur de la démocratie de 1990 s’est éteint à l’âge de 82 ans. Une énorme perte, mais les souvenirs de ses actes survivront. Voici ce qu’on sait des derniers jours de l’immortel Mathieu Kérékou.

Très souffrant depuis quelques semaines, l’ex-président de la République du Bénin, Mathieu Kérékou n’a pu renverser la situation, le 14 octobre 2015 aux environs de 13h30 mn. La dégradation de son état de santé qui s’est accentuée depuis deux semaines, tourne au drame. Son épouse Marguerite toujours à son chevet fait appel au médecin et à ses enfants. Tout était terminé. Le Général a cassé la pipe. Et pourtant, l’homme du 26 octobre 1972 a lutté contre plusieurs maladies de vieillesse. Même s’il n’avait pas connu une si brutale chute, il présentait de grands signes de faiblesses. Seulement hier, les évènements se sont précipités. Pendant que l’ex-locataire des filaos se débattait, la santé de son fils Wilfried Kérékou opéré, nécessitait une évacuation sanitaire. Vu l’état dans lequel se trouvait l’ex- chef de l’Etat, il a été décidé de ne pas l’informer de l’état de santé de son fils. Et malgré toutes les précautions prises, l’irrémédiable est survint. La question qu’on se pose est de savoir si finalement le Général-président a appris la nouvelle de son enfant avant de s’éteindre.

FN

 Parakou bouleversée

L’annonce du décès de l’ancien président de la République, Mathieu Kérékou, a bouleversé la Cité des Koburu. La majorité des Parakois est sous le choc. C’est avec beaucoup d’émotion que les citoyens de la municipalité saluent la mémoire de l’homme, de la Révolution du 26 octobre 1972 et père de la démocratie béninoise. L’information de la mort du Général Mathieu Kérékou est tombée comme un coup de massue. Les activités se sont arrêtées dans les bureaux et administrations, dans la rue, dans les marchés et autres ateliers. Pour certains, la désolation totale. C’est le cas de Claude Azassou, instituteur à la retraite depuis environ 25 ans. Il a d’abord refusé de croire en la nouvelle. Mais, s’est ravisé, et les yeux larmoyants, déclare que ce décès est une grande perte pour le Bénin et le monde. Dans un atelier de coiffure, Eunice T, la patronne a fermé et renvoyé ses apprentis à la maison. Elle confie avoir peur parce que Mathieu Kérékou incarne la paix. A l’en croire, malgré le poids de l’âge, son silence de son vivant est une arme contre les intrigues des politiciens qui gouvernent le pays. Pour Moumouni Yokossi, proche parent du défunt, la mort de Kérékou doit inspirer les dirigeants pour la consolidation de l’unité nationale surtout à l’approche de la présidentielle de 2016. A la préfecture de Parakou, où se tenait la 2ème session ordinaire du Conseil départemental de concertation et de coordination du Borgou et de l’Alibori, une minute de silence a été observée en la mémoire du disparu. « C’est un baobab qui vient de tomber », a laissé entendre le préfet, Salamatou Kora Ponou.

 Clément Dognon

(Br Borgou-Alibori)

Le musulman raté

Mathieu Kérékou, les Béninois s’accordent à lui reconnaître les qualités d’un grand homme. Cette posture que lui confèrent ses compatriotes, est sans nul doute tributaire de ses anecdotes, de son humour, de ses déclarations imagées et souvent difficiles à comprendre de la même manière par tous. Lorsque l’homme du 26 octobre affirme que « la branche ne se cassera pas dans la main du caméléon », que faut-il réellement y comprendre ? Le caméléon est un petit animal, au poids négligeable, qui ne peut casser une branche d’arbre. Cela laisse plusieurs interprétations. D’aucuns pensent que Mathieu Kérékou se réfère à la prudence de l’animal, qui calcule beaucoup avant de s’engager. Le caméléon étant aussi un animal dont la couleur de la peau s’adapte à l’environnement qui le reçoit, Mathieu Kérékou serait-il un homme qui s’adapte à toutes les situations ?Entre les deux tours de la présidentielle de 2006, il déclara : « le Bénin a toujours étonné le monde. Cette fois-ci, c’est le monde qui étonnera le Bénin. » Que voudrait-il faire savoir réellement ? Le jour du scrutin qui a consacré le KO historique de la réélection du président Yayi Boni, il affirme : « ce sont des élections ça ? » Or, sa mort avait été annoncée quelques jours avant le scrutin de mars 2011. Et un peu comme pour signifier qu’il était encore vivant, il prononce un petit message exhortant le peuple à aller au vote. On s’étonne qu’il s’interroge sur la qualité de cette élection. De façon générale, dans ses discours officiels, comme improvisé, il a souvent fait usage de proverbes et de tournures difficiles à cerner par tout le monde au même moment.

 JCK

Style vestimentaire personnalisé

Le président Mathieu Kérékou a adopté un style vestimentaire personnel. Calqué sur le style de Kim III Sung et de Mao Tsé-toung, il incarnait le style vestimentaire des hommes de la Russie. Pendant la période révolutionnaire, c’est ce type de vêtement que portait Mathieu Kérékou. Avec l’avènement de la Conférence nationale, qui a ouvert l’ère de la démocratie, les nouveaux dirigeants ont préféré le style vestimentaire des Gaulois. Sous-vêtement, veste et cravate. Quand Mathieu Kérékou reprit le pouvoir en 1996, il trouve un style intermédiaire entre celui de ses préférés de l’Est et ceux des démocrates. Désormais, il porte un sous-vêtement sans colle, qu’il boucle jusqu’au cou, et une veste sans cravate. De plus en plus ce style est adopté par certains hommes politiques en commençant par son enfant Modeste. Le député Valentin Houdé en a fait aussi son style vestimentaire.

JCK