Spread the love

carte sur tableL’émission « Cartes sur table » du dimanche 3 février 2019 a convié autour de la même table un acteur de la mouvance et un autre de l’opposition. Le sujet objet de la contradiction, c’est la récente décision de la Cour constitutionnelle qui fixe au 28 avril, la date limite pour la mise en conformité des partis politiques à loi portant Charte des partis politiques.

Oswald Akpali, membre du Bloc républicain et Christian Yénoussi, Conseiller municipal à Cotonou et membre de l’Union sociale libérale (Usl) ont croisé les arguments autour de cette décision de la Cour qui mobilise actuellement les attentions. Au cours de l’émission, Oswald Akpali a salué la décision. Il a même renchéri que le Parti le bloc Républicain est à jour car il a obtenu son récépissé provisoire. Christian Yenoussi souligne la nécessité pour tout parti sérieux de se conformer à la Charte mais relève des ambigüités dans la décision de la Cour. « Personne ne nous a obligés à nous doter d’un texte disant que les partis existants ont 6 mois pour se conformer à la nouvelle charte. Du coup il n’y a pas de décision à prendre dans l’intervalle pour raccourcir ce délai que la loi confère aux formations politiques existantes pour se conformer à la nouvelle donne. Cela pose un problème de crédibilité des institutions et des hommes qui votent des lois dans notre pays », a-t-il déploré. Par rapport aux positionnements des leaders des deux blocs sur le terrain politique, Oswald Akpali a fait savoir que la responsabilité revient à chacun des leaders de faire des propositions et de les soumettre au Chef de l’Etat qui les validera en son temps. Il a ajouté que les autres partis se réclamant  de la mouvance présidentielle ne sont que des partis alliés. Du côté de l’opposition, Christian Yénoussi a affirmé qu’il est clair aujourd’hui que deux partis se réclament de l’opposition. Il y a l’Usl et les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). En matière de positionnement, il pense que l’Usl n’aura pas de problèmes. « Nous sommes une équipe de jeunes. Nous nous comprenons. Chacun sait où il se trouve. Nous sommes de l’opposition et nous travaillons à avoir le plus grand nombre de sièges pour inverser les choses», a-t-il laissé entendre.

 Léonce Adjévi