Spread the love
lucien kokou 2016
Le ministre Lucien Kokou engage des réformes

Démarrées mardi dernier, les assises du Conseil sectoriel pour le dialogue social ont pris fin vendredi 27 août 2016 à Bohicon. Au terme des travaux, de grandes réformes ont été amorcées dans le domaine de l’enseignement secondaire.

Ils ont fait un progrès considérable dans la poursuite des réformes entamées au cours de la récente session extraordinaire tenue en mai 2016. Au cours de ces assises de 4 jours, les trois commissions mises sur pied ont présenté chacune, les grandes lignes des projets de réformes en cours. La première commission à avoir planché était celle des reclassements. A ce niveau, la moisson n’était pas négligeable. 2200 dossiers ont été étudiés avec des actes de reclassement qui ont déjà commencé par sortir au niveau des enseignants du Bapes et de maîtrise. Le dossier de reclassement des 74 enseignants du Capes à la traine, les reclassements erronés des Ace (Agents contractuels de l’Etat) ainsi que le processus de reversement des Ace de 2007 en Ape (Agents permanents de l’Etat) ont été également amorcés. Sur le plan de la gestion des carrières, il avait été décidé de clarifier l’horizon du statut des enseignants. A part les Ape et les Ace, le secteur de l’enseignement est face à un florilège de statuts aux contours informels. Il s’agit des vacataires, des enseignants de l’Anpe (Agence nationale pour l’emploi) et des volontaires. La commission, après évaluation du contexte socio économique qui justifie l’existence de ces professions, a réfléchi sur la formule pour aboutir à leur disparition définitive. La solution trouvée par la commission est de faire absorber une partie de ce lot par le processus de recrutement massif en cours dans l’enseignement secondaire. A ce niveau, il a été décidé d’approfondir le processus de recensement de ces catégories d’enseignants afin de disposer d’une statistique fiable disponible au plan national. Par rapport aux statuts particuliers, la commission a souhaité la mise en œuvre  en urgence par le gouvernement de la Rupture de certaines dispositions des décrets pris par le gouvernement précédant. « Dans quelques jours, le Front va se réunir pour donner sa position par rapport à ce qu’il juge d’urgent à faire par l’actuel gouvernement sur ce plan », a déclaré le porte-parole Maxime Okoundé.

Le cas des enseignants réfugiés dans l’administration

L’autre point essentiel abordé au cours des 4 jours d’assises, c’est le redéploiement de 400 enseignants réfugiés dans l’administration. A ce niveau, la  commission a tenu à distinguer. « Outre les enseignants malades ou handicapés dont la condition physique oblige à rester dans les bureaux, ceux nommés et ceux dont l’importance est prouvée, tous les autres qui se sont refugiés politiquement dans l’administration en quête de mieux-être et sans raison valable seront sortis des bureaux pour le terrain », a déclaré le porte-parole du Front. Une fois sortis des bureaux, affirme-t-il, des séances de recyclage seront initiées à leur intention afin de les rendre aptes. Le processus déjà pratiquement finalisé au niveau de l’enseignement primaire devra se poursuivre donc au secondaire. Des réformes sont également en cours au niveau des nominations. « Ceux qui sont nommés et qui ne sont pas qualifiés seront déchargés automatiquement au profit de gens qualifiés. Les assises s’y sont sérieusement penchées. Rien ne sera plus comme avant », a-t-il fait savoir.

Hospice Alladayè