Spread the love
apouke
Après sa déchéance, Apouké s’est reconverti

Connu, autrefois sous le nom de Yémandja le messager, l’ex-membre du groupe Apouké a connu des changements dans sa vie. De la gloire, il a chuté suite à certaines difficultés liées aussi bien à sa carrière qu’à sa vie privée. Le groupe a volé en éclats et chacun a pris son chemin. Mais, Merveille revient avec force, cette fois-ci sous le nom de Space. Nous sommes allés à sa découverte.

Space, ex membre du groupe Apouké et connu sous le nom de Yémandja le messager refait son apparition sur la scène musicale béninoise. De 2000 à 2005, le public a connu et aimé le groupe musical Apouké à travers son rythme et son style. Aujourd’hui ou mieux, depuis l’année 2006, le groupe n’existe plus. Chacun de ses membres évolue en carrière solo et ceci pour bien de raisons. Un entretien avec le désormais Space Zinsou Merveille à l’état civil, permet de comprendre que le fil conducteur du groupe s’est éteint avec le temps. Apouké n’existe donc plus.

 Enterrer l’esprit Apouké…

 L’histoire a commencé en 2000 précisément à Akpakpa. Merveille Zinsou se rendait alors chez ses amis Abdoul et Kekeli. À trois, l’idée de créer le groupe musical Apouké est née au grand bonheur des mélomanes. Entre-temps, le groupe naissant a eu des liens avec la divinité Mamiwata. L’objectif du groupe était donc connu : « Ramener tous les Africains à leur source, la culture africaine dont la reine des évènements serait la divinité Mamiwata ». Mais, cinq ans après cette expérience, le bateau a chaviré. Chacun des membres du groupe a alors pris son chemin. Le chef d’orchestre de ce groupe explique que « le Dieu d’Israël est au-dessus de toute chose » et l’homme ne s’arrête pas là.   Il va plus loin. Aujourd’hui, il le dit et insiste « mon intention est d’enterrer carrément l’esprit Apouké ».

 Les raisons de ce changement de nom…

 A l’origine, le nom Apouké était lié à la sirène. Aujourd’hui, on constate que Merveille Zinsou alias Space, n’a plus de lien avec cette sirène. Et à lui-même de le réitérer : « Je n’enseigne plus la philosophie africaine aux gens. Je prône désormais la croyance en Dieu, c’est pourquoi j’ai changé de dénomination » et l’homme se fait davantage clair : « il faut dire qu’en ces temps, j’étais très jeune ; cela fait quand même une quinzaine d’années donc la mentalité a évolué… si moi conscient que je sois, je continue à amener les gens dans ce qui est contre la parole de Dieu, c’est que je pêche ». Il paraît bien clair que l’homme a renoncé au diable et à ses œuvres ; et c’est pourquoi, il estime qu’aujourd’hui : « il vaut mieux que je rappelle à mes frères et sœurs que c’étaient des pensées de jeunesse mais maintenant, ce n’est plus la même pensée ; l’éternel a pris sa place ». L’homme en est d’autant plus convaincu qu’il se réfère à la bible pour dire qu’avant même que Jésus n’arrive, Dieu se fâchait déjà contre tout ce qui est idole. On est alors tenté de savoir si ce changement d’idéal explique seulement ce changement de nom.

 Pourquoi Space ?

 L’artiste pense qu’il n’y a rien de plus merveilleux que la vie. C’est pourquoi, après l’expérience d’Apouké, il se rebaptise Space. Il ambitionne ainsi de faire naître l’esprit de Space. Et pour lui, quand il parle de l’esprit de Space, il parle de la reconnaissance de ce qu’il n’y a qu’un seul Dieu qu’il faut suivre. Mais la question reste toute entière : la rupture avec la divinité Mamiwata s’est-elle produite sans conséquences ?

 « Space n’a jamais été fou … »    

« Il n’y a pas un vrai fou qui peut reconnaître qu’il a été fou ». C’est du moins ce que répond l’artiste à tous ceux qui disent que l’artiste a connu des moments de folie. Pour lui, toutes les rumeurs qui font état de sa situation de démence sont fausses car, à l’heure actuelle, il se porte bien par la grâce de Dieu. Toutefois, l’artiste reconnaît avoir connu des ennuis de santé du fait de sa rupture avec l’esprit des eaux qu’il appelle le ‘’ Diable’’.

 Des ennuis avec la divinité mamiwata…

 C’est toujours difficile de se délier d’un pacte surtout quand celui-ci est contracté avec la négativité. L’artiste avoue avoir eu beaucoup d’ennuis après la rupture de son pacte avec Mamiwata. Car, selon lui, et se référant à la bible : « Quand tu chasses un démon, il s’en va chercher au moins soixante-dix-sept (77) autres démons qui se complètent à lui pour t’attaquer » du coup, les origines de tous les maux dont a souffert l’artiste sont connues. Les perturbations sanitaires que l’artiste a dues gérer ne sont donc pas que physiques ; elles sont aussi spirituelles.

 « Le diable donne toujours le succès…»  

 En dépit de tout, l’artiste reconnaît que le diable lui a donné un coup de pousse dans sa carrière musicale. Quoi de plus normal car, c’est bien la contrepartie quand on accepte d’accomplir l’œuvre du diable. Et l’artiste affirme par expérience que le diable donne toujours du succès et est même un peu trop rapide en matière de succès. Il confie que dans le temps, il a fait tellement de spectacles qu’il n’en revenait pas. Seulement, comme il faut s’en douter, le diable est rusé. L’artiste va le confirmer dans ses propos : « Quand le diable te donne quelque chose, c’est pour quelques jours. Mais, quand c’est Dieu qui donne, c’est pour l’éternité ». C’est certainement la compréhension, de cet état de choses qui fait qu’aujourd’hui, l’homme déduit qu’il doit orienter sa vie dans le sens du divin et non dans celui des divinités….

 Space désormais un évangéliste !!!

 Au milieu de cette impasse ; face à ce mur d’incertitudes et tous les problèmes que l’artiste devrait gérer du fait de ses propres choix, l’homme s’est comporté comme le fils prodige. Il s’est retourné vers l’issue la plus évidente: Dieu ! C’est ainsi qu’à force de prières sous la houlette d’une église évangélique, Merveille Davy Kokou Zinsou est devenu chrétien. Et il le martèle : « je suis pur chrétien désormais » et c’est pourquoi, comme pour se rattraper, l’artiste invite ses frères et sœurs à ne pas contracter de pactes avec le diable pour aspirer à la réussite. Toutefois, il indique que chacun est libre de faire le choix qui lui convient. Cependant, il rappelle que: « Celui qui suit Lucifer et ses anges est appelé à périr mais, celui qui suit l’éternel est appelé à vivre heureux un jour». C’est dans cet élan que l’artiste s’est assigné la mission de propager la bonne nouvelle à travers son talent musical.

Une carrière en ‘’solo’’ après la dislocation du groupe Apouké…

 L’esprit Apouké est enterré, les liens avec la sirène sont rompus, le groupe musical s’est volatilisé. Alors, il fallait que l’artiste vive de son art. De plus, il fallait que le message soit rectifié. C’est donc dans ce contexte que l’artiste s’est lancé dans une carrière solo. A son actif aujourd’hui, il a un album intitulé Ata Yahwé, sorti le 20 septembre 2014. Album qu’il dit avoir sorti non dans l’espoir que cela face du boucan, mais surtout dans l’intention de réapparaître sur la scène musicale. En outre, les moyens faisant défaut, la promotion de l’album n’est pas vraiment allée au bout. Mais l’artiste affirme que ce n’est pas encore raté. Pour ses fans, il promet du nouveau pour les vacances.

 Un nouvel album dès le 20 septembre…

 Le 20 septembre 2015, Space fera le lancement de son deuxième album intitulé ‘’Nazareth’’. Un album qu’il dédie au Seigneur Jésus-Christ. Car, pour lui, « c’est dans cette ville qu’est né quelqu’un qui aujourd’hui est le sauveur du monde. Un tour dans la ville nous a permis de recueillir pour nos lecteurs quelques avis des fans de l’artiste.

 Alexandre Zinsou, Bruno Agassounon & Albéric Montcho

(Stagiaires)

Ce qu’ils pensent de l’artiste

 

Des citoyens interrogés ont reconnu l’artiste avec ses moments de gloire. Pour la plupart, ils ne connaissent pas le vrai fondement de sa chute. Mais ils souhaitent son retour sur scène.

Rodnel Hounhoui, étudiant

« Oui, je connais Apouké et, à ce que je sache, il aurait changé de nom et devenu, Space. Je sais qu’entre-temps, il chantait et avec son groupe. Ils avaient du succès. Mais, depuis qu’il n’est plus dans le cercle de Mamiwata, je remarque qu’il n’existe plus. Et aujourd’hui, moi, en tant que fan de leur musique, je souhaite qu’il chante désormais pour conscientiser la jeunesse ».

Désir Camille Togbe, enseignant

« Je crois que Apouké, désormais Space, doit aller revoir les fondements même de sa spiritualité. Nous avons connu un artiste mieux inspiré et mieux propagandiste que par le passé. Nous avons maintenant à faire à un artiste plutôt discret qui disparaît sans donner d’explications à son public. Bref, le showbiz a horreur de la discrétion. Vivement qu’il retrouve sa figure après avoir fini de chercher ses repères ».

 

Géri Zatto, chef d’entreprise

« J’ai connu Merveille par le biais du groupe Apouké. Mais, depuis un certain moment, j’ai remarqué que chacun des membres de ce groupe évolue dans une carrière solo. Et moi, je ne peux que souhaiter du courage à cet artiste car, je sais qu’il à traversé beaucoup de choses. Et on dit souvent qu’un artiste ne meurt jamais. Donc, moi, je pense que cela peut mettre du temps, mais il peut toujours briller comme par le passé et même pourquoi pas plus. Il faut qu’il fasse aussi l’effort de mettre en valeur notre culture dans toutes ses dimensions ».

 

Propos recueillis par l’équipe de rédaction