Spread the love
degradation-route
Des nids de poule rendent les routes impraticables

L’impraticabilité des routes dans le département de l’Alibori et notamment dans la Commune de Banikoara (grande productrice de coton) menace la campagne cotonnière en cours. Les fortes pluies qui s’abattent depuis quelques jours sur le département de l’Alibori ont complètement dégradé les routes. La dégradation de l’axe Founougo-Banikoara est un calvaire qui paralyse les activités socioéconomiques et menace dangereusement le flux migratoire des usagers et des camions.

Les populations de la Commune de Banikoara sont en proie à des difficultés liées à la dégradation des routes. Pourtant, l’on dit que le développement passe par le développement de la route. Cette assertion contraste avec la réalité des usagers de certains axes routiers de ladite commune. Depuis quelques semaines, les conducteurs de camions éprouvent beaucoup de peines dans leur déplacement sur cet axe qui lie le centre-ville de Banikoara à Founougo, le plus gros arrondissement de la commune. Seuls quelques conducteurs acceptent de prendre le risque de passer par des ponts complètement effondrés dont le dernier, situé non loin du village de ‘’Kao-Kao’’, a finalement cédé. L’état de l’axe Goumori-Banikoara-Founougo, l’un des plus importants axes routiers de la commune donne de l’insomnie aux habitants des localités de Toura, Goumori, Founougo, Kokey. Celles-ci sont obligées de passer des heures pour parcourir une vingtaine de kilomètres. Pendant ce temps, les producteurs attendent impatiemment la livraison de l’engrais récemment réceptionné par le gouvernement pour le suivi et le traitement du coton. Les quelques camions chargés d’engrais ne peuvent atteindre leur destination. Ils sont obligés de s’arrêter avec leur cargaison et les producteurs sont contraints de se débrouiller avec les motos et autres tricycles pour faire acheminer la marchandise. Face aux plaintes répétées de la population, les autorités communales informent que la réparation des tronçons en question relève de la compétence de l’Etat central. Une intervention rapide du gouvernement est très attendue. Sinon, l’évacuation du coton des villages de Founougo, plus gros arrondissement producteur de l’or blanc du bassin cotonnier, vers les usines sera compliquée pour la campagne 2015-2016.

Clément Dognon
(Br Borgou-Alibori)