Spread the love
talon-ajavon2Les crises au Bénin donnent toujours l’impression d’un scénario émouvant qui fait craindre le pire, mais dont l’issue a toujours été pacifique. Après l’avoir ouvertement défié et accusé de complot contre sa personne, Sébastien Ajavon recherche la voie d’une réconciliation  avec le président Talon.   
« Laissez ces Béninois. Ils finiront par s’entendre ». Tout tourne finalement autour de ce bout de phrase. Inutile de questionner l’histoire, elle porte des pages de ces arrangements  au service de la paix. Se réfugier dans la rigueur de ses analyses et rester tranché c’est méconnaître ce pays. Beaucoup d’observateurs ont annoncé la pourriture des relations entre Sébastien Ajavon et le chantre du régime de la Rupture. Certains ont même exploré la possibilité d’avoir le Président du Patronat comme le prochain opposant numéro 1 au régime et la fin de l’aventure de la coalition de la Rupture. « Sébastien Ajavon ne va jamais tendre la main. C’est impossible », avançaient certains.  Le Bénin est particulier. Il ne serait plus inutile désormais de penser à l’existence d’un certain nombre de personnages (gardiens de la paix) qui savent éteindre le feu et refréner les élans  quand il le faut. Il semble qu’il y a encore des voix audibles qui savent utiliser les mots justes dans les oreilles avisées pour ramener la paix lorsqu’aucun espoir visible n’est envisageable. Il y a encore quelques jours, personne n’envisageait un retour au calme. L’interview du milliardaire béninois  laissait refermer toute issue possible de retour au dialogue. Mais avant, les choses étaient déjà gâté avec la conférence de presse de Sébastien Ajavon au cours de laquelle il a publiquement blessé l’orgueil du chef de l’Etat en le reléguant à rang inférieur à son statut de président de la République. Une provocation sans frais qui aurait pu attirer la foudre de l’autre sur lui. Il a avait jeté de l’huile sur le feu dans une affaire aux mains de la justice. L’espoir n’était plus permis. Sébastien Ajavon, c’était la fin d’une aventure politique sous la Rupture. On en était là quand le même personnage qui avait laissé un air de dépit il y a quelques jours, se décide d’entamer une démarche de médiation. Sa démarche a du coup calmé les bruits de fond (critiques, débats, réseaux sociaux) qui existaient et laissé court à une atmosphère d’apaisement. La démarche est intéressante, mais que deviennent les flèches lâchées en son temps contre  quelqu’un. Les accusations portées à tue-tête par le personnage et à tour de bras dans l’opinion ont visé assez clairement un régime ou des personnages. Ce qui est vivement attendu donc, c’est la capacité de ceux ou de celui qui s’est senti à un moment ou a un autre offensé par les actes ou les paroles, de saisir la main tendue. Les deux gestes dans le fond sont difficiles à faire, mais si déjà il y a eu un début, il faut bien qu’il y ait une fin. La paix des braves comme il a été dit en d’autres circonstances est donc sollicitée cette fois-ci. Un important pas vient d’être franchi, le second est vivement attendu.
HA