Spread the love

Patrice TalonA l’heure où les entreprises retenues ont commencé par donner les premiers coups de pioche sur  les différents sites retenus  pour l’Asphaltage, ceux qui pronostiquaient sur l’échec du projet revoient leur jugement et position. En effet, ce qu’ils qualifiaient de miroir aux alouettes se révèle à leurs yeux comme un vrai projet de développement initié par le chef de l’Etat, Patrice Talon.

Après avoir lancé la construction d’importantes infrastructures routières et de transports et après avoir  gagné le pari de «zéro délestage» favorisant l’éclairage public en permanence, le gouvernement est passé à une vitesse supérieure dans l’exécution de son programme d’actions. Car, depuis quelques jours, plusieurs  grandes villes du pays sont en chantier dans le cadre du projet Asphaltage. A Abomey-Calavi, Abomey, Bohicon, Cotonou, Lokossa, Natitingou,  Parakou, Sèmè-Podji, les entreprises sont déjà sur le terrain et les premiers coups de pioche ont commencé aussitôt après la réception des sites.  Le top a été donné le 02 août 2018 à Cotonou et à Abomey-Calavi par le ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Tonato. Depuis ce jour-là, ça bouge dans les autres villes retenues et la réaction des populations ne s’est pas fait attendre.

 Un accueil favorable au sein de l’opinion 

 Chaque  citoyen cherche à savoir si la rue qui mène à son lieu de résidence est sur la liste des sites retenus. Beaucoup s’informent auprès des élus locaux dans le but de connaître le sort qui leur est réservé. Pendant que la plupart y trouvent l’occasion rêvée pour  conjuguer au passé     l’habituel chemin de croix auquel ils sont soumis avant de rejoindre ou quitter leurs domiciles, surtout en saison pluvieuse, d’autres craignent plutôt pour leurs commerces et autres lieux de travail qu’ils ont installés sur l’espace public. C’est un autre déguerpissement entrepris sous couvert du projet Asphaltage, laisse entendre une certaine opinion. Mais cette façon maladroite de voir les choses n’empêche pas des voix de s’élever pour saluer la vision du chef de l’Etat. C’est un sentiment  général.   Le fait pour les citoyens de voir démarrer cet important projet du programme d’actions du gouvernement les rassure quant à la concrétisation   des autres promesses du chef de l’Etat. Avant le démarrage de ces travaux en cours, l’homme qui a été élu à plus de 64% à la tête du pays en 2016, était perçu comme quelqu’un qui est très peu soucieux du quotidien des Béninois. Les langues les plus virulentes comparaient son programme d’actions à des maquettes réalisées pour tromper le peuple. Le voilà leur répondre par du concret. Pour un projet d’une telle envergure, il ne s’est pas permis d’attirer les projecteurs sur sa personne à travers le lancement des travaux, préférant que la remise des sites soit effectuée par son ministre du Cadre de vie et que les maires, chacun dans sa commune, lancent les chantiers. Le bien ne fait du bruit, dit-on et le chef de l’Etat en a fait son crédo, son mode de gouvernance. Mesurant combien de fois il est important de vivre dans un milieu adéquat, il avait depuis les campagnes présidentielles  montré son intérêt à améliorer le cadre de vie des Béninois confrontés chaque jour à des problèmes d’assainissement dont les plus récurrents  constituent les inondations, les bouchons aux heures de pointe, l’insalubrité, l’accès difficile aux lieux de résidence. On entend souvent dire, le Bénin n’a pas de voies. Mais en réalité, elles ne manquent pas. Elles existent, très exigües et très peu sont praticables du fait de leur état. C’est pourquoi le projet Asphaltage est une réponse du chef de l’Etat à ces difficultés que  les Béninois rencontrent depuis des années. Ces infrastructures modernes vont  faciliter la circulation urbaine et renforcer les dispositifs d’assainissement, a signifié le ministre du Cadre de vie et du développement durable. Il y aura au total  646 km de voirie pour environ 900 milliards de FCfa.

 Les maires pleins d’admiration

 « Aucun chef d’Etat n’a réussi une telle prouesse. C’est un exploit à saluer…», magnifie le maire de Bohicon Luc Atrokpo. « Depuis 1960, c’est pour la première fois que nous notons un projet d’une telle envergure…..», reconnaît le locataire  de l’Hôtel de ville de Cotonou, Isidore Gnonlonfoun. « Un projet historique. De tous les projets, Asphaltage  est sans nul doute celui qui prend le mieux en compte l’attractivité des grandes villes du pays. J’en suis honoré ……», lance Charles Toko, patron de la ville de Parakou avant d’exprimer sa grande joie : « Eh bien que des aveugles voient enfin, que des sourds entendent et que le peuple de Parakou exulte….». C’est plein d’admiration qu’il classe Asphaltage au premier rang de tous les  projets initiés au profit de la cité des Koburu depuis l’indépendance jusqu’à ce jour. « Sa réalisation totale battrait tous les records des projets d’infrastructures routières dans ladite ville… », a-t-il souligné avec énergie et le visage orné de sourire. Il est d’autant plus admiratif, en insistant sur  l’impact direct que le projet aura dans la ville de Parakou au cours  des années à venir. Déjà, tout d’un coup, tout semble avoir changé dans la grande métropole du nord. Il faut l’admettre, tout le monde a le regard admiratif sur Parakou grâce au management de son maire, Charles Toko. Numéro 1 au plan économique du septentrion et la locomotive du progrès dans la région, Parakou changera encore un peu plus de visage avec la réalisation du projet Asphaltage. La ville bénéficiera de 69,7 km  de routes bitumées ou pavées, de matériels d’éclairage public et autres travaux urbains pour un montant d’environ 100 milliards FCfa. Ainsi, Parakou de plus en plus citée au rang de la deuxième grande ville  est bien servie dans le cadre de ce projet. Légitime fierté pour le maire Charles Toko.

 F. N.