Spread the love
Théodore Holo braque les regards sur le parlement
La décision de la Cour attendue par les Béninois

La Cour constitutionnelle a reçu hier mardi 10 mars 2015, deux lettres de démission de l’alliance « Soleil ». Ces actes, constituent un contentieux électoral que la Cour doit trancher avec discernement pour ne pas tomber dans le piège, orchestré par le régime en place.

La Cour constitutionnelle déclarera-t-elle recevables les démissions au sein de l’alliance Soleil ? A l’affirmative, la Haute juridiction aura violé les dispositions du Code électoral, notamment en son article 44 qui dispose : « La déclaration de candidature est déposée, quarante cinq (45) jours avant la date fixée pour le démarrage de la campagne électorale à la Commission électorale nationale autonome (Céna). Un récépissé provisoire comportant le numéro d’enregistrement est délivré immédiatement au déclarant. Le récépissé définitif est délivré par la Commission électorale nationale autonome (Céna) après contrôle de la recevabilité de la candidature et, selon le cas, après versement d’un cautionnement prévu pour les élections. Aucun ajout de nom, aucune suppression de nom et aucune modification de l’ordre de présentation ne peut se faire après délivrance du récépissé définitif, sauf en cas de décès, lorsqu’il s’agit d’un scrutin de liste ». Le dernier alinéa de cet article est on ne peut plus clair sur l’irrecevabilité de démissions intervenant après la délivrance de récépissés définitifs d’enregistrement de dépôt de candidatures par la Céna. Il en résulte que de telles démissions constituent des pièges dans lesquels la Cour constitutionnelle ne doit tomber sous aucun prétexte. Selon des renseignements généraux, ces démissions, sources de contentieux électoraux, proviennent de la pression du Chef de l’Etat sur les différents candidats à qui, le président a promis terre et ciel et les a empêchés d’être rigides sur leurs positions.

Trop tard

 Alea jacta es ! Les dés sont jetés. Le contentieux électoral dont rêve le président Yayi, en soumettant ses anciens alliés à de tels actes ne prospèreront point. Les textes auxquels restent attachés les membres de la Cour constitutionnelle sont clairs comme de l’eau de roche à cet effet. La Céna affirme à la date d’hier, que les récépissés définitifs ont été délivrés et transmis aux mandataires des listes en compétition. Les responsables de l’alliance Soleil confirment qu’ils sont en possession de leur récépissé une semaine avant la date de démission de leurs colistiers. Il est évident que la main du chef de l’Etat soit derrière tous ces actes qui se posent et se défont. En l’espace d’une semaine, incluant le moment de réception du récépissé définitif par l’alliance Soleil, les choses ont changé. Tout porte à croire que Yayi tente de colmater les brèches au moyen de pression sur les dissidents. L’occasion de la tenue prochaine des élections a donné lieu à de dissensions sérieuses au sein des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Démission et retour sur la liste Fcbe de candidats de la 11ème circonscription électorale après un échange avec le président Yayi Boni. Démission du maire d’Abomey-Calavi, Patrice Hounssou-Guèdè des Fcbe pour l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And) de Valentin Houdé. Conflit entre les Fcbe et le Parti du renouveau démocratique (Prd) de Adrien Houngbédji au sujet de la double candidature de M. Claude Azonwakin… Le chef de l’Etat fait feu de tout bois pour garder la cohésion d’une alliance en déconfiture au soir de sa seconde mandature présidentielle. Ces agissements du président de la République sur les dissidents, provoquent des difficultés aux institutions impliquées dans l’organisation, la tenue et la gestion des législatives prochaines.

Jean-Claude Kouagou