Spread the love

Assemblée_nationaleLes Maires et adjoints au Maire élus députés et installés le 16 Mai dernier cumulent deux fonctions et se retrouvent ainsi en situation d’incompatibilité avec l’article 433 du code électoral .Plusieurs députés- ministres sont également dans cette situation d’illégalité. Le délai de trente jours prévus par le code électoral ayant expiré depuis hier.

Luc Atrokpo, le Maire de Bohicon, a été le premier sur les 8 Maires et Adjoints au Maire élus députés qui s’est conformé à cette disposition de l’article 433 du code électoral en opérant très tôt le choix de démissionner du parlement et de maintenir son poste de Maire. Ce dimanche, c’est Dakpè Sossou , le Maire de Lokossa qui lui emboite le pas. Il démissionne de la Mairie pour retrouver son siège au parlement. Six autres députés-maires qui se trouvent dans une situation d’illégalité depuis hier, sont Abiba Dafia, Maire de Kérou ; Gounou Sanni, Maire de Gogounou ; Chabi Bah Guéra, Maire de N’dali ; Kiaré Yarou Sinatoko, première Adjointe au Maire de Nikki ; Michel Bahoun, maire de Missérété et Cyprien Togni, le Maire d’Allada. Comme ces députés, plusieurs Ministres du gouvernement cumulent encore leurs fonctions de député et de Ministre à l’exception de l’argentier national, Komi Koutché et du Ministre d’Etat, François Abiola, .Cependant, ils sont au total 9 Ministres-députés tous Fcbe qui doivent choisir entre le parlement et leur fonction de membre du gouvernement. Ce sont le Ministre des affaires étrangères, Nassirou Arifari-Bako, le Ministre des Enseignements maternel et primaire, Eric Kouagou N’dah ; le garde des sceaux, Valentin Djènontin ; le Ministre de la défense nationale Théophile Yarou ; le Ministre du développement Marcel de Souza ; le Ministre de l’intérieur, Simplice Dossou Codjo; le Ministre de la culture Jean-Michel Abimbola et le Ministre des transports Aké Natondé. Tous ces Ministres cités qui sont depuis hier dans l’illégalité doivent dans les heures qui suivent situer l’opinion sur leur position.

Inès Zounnon