Spread the love
ECHAUFFOREE
Akpakpa a connu des heures chaudes hier

Scènes d’émeutes, et jets de pierres aux forces de l’ordre. Agbodjèdo, quartier d’Akpapka à Cotonou, et base du député Atao Hinnouho, a vécu des heures chaudes, dans l’après-midi du jeudi 07 décembre 2017. La cause de ce débordement, la descente musclée des forces de l’ordre dans l’un des entrepôts du député.

Le domicile de Atao Hinnouho, député à l’Assemblée nationale 7ème législature a été perquisitionné dans l’après-midi de ce jeudi 07 décembre 2017. Selon les informations recueillies, le député considéré par certains comme un grand fournisseur des vendeuses du marché de médicaments d’Adjégounlé serait soupçonné de continuer par alimenter le trafic combattu par l’opération Pangea 9 déclenché par le gouvernement du président Talon. Selon plusieurs sources, le député Atao Hinnouho se serait déclaré propriétaire d’un entrepôt à Cotonou dans lequel, une importante quantité de sérum glucosé aurait été découverte. Ainsi, un fort détachement de la police a investi la résidence du parlementaire pour semble-t-il, recueillir davantage de preuves de flagrant délit et procéder à l’arrestation de l’honorable Atao Hinnouho, présent sur les lieux lors de l’arrivée des forces de l’ordre. L’entrepôt n’est nullement le domicile qu’habite le député. Il s’agit du commerce d’une dame connue dans la vente du matériel médical.

A la descente de la PJ, le député s’est lui-même interposé se prévalant de son macaron et s’est déclaré propriétaire des lieux. En effet, le jeune député à l’Assemble nationale, Atao Hinnouho est considéré comme le baron du trafic de faux médicaments au Bénin et dans la sous-région ouest-africaine. Début 2017, le gouvernement béninois à travers l’opération Pangea 9 a lancé une vaste offensive pour freiner le phénomène sans succès. Selon plusieurs sources, le député serait convoqué jeudi 07 décembre 2017, à la sous-direction des affaires économiques et financières de la Police nationale. L’élu de la 15e circonscription électorale qui s’est déclaré propriétaire des lieux est interpellé par Police Judiciaire. Son interpellation a dégénéré en émeutes. Des manifestants s’en sont pris aux forces de l’ordre avec des jets de pierre et en brûlant des pneus sur les voies. Des députés de l’opposition et des leaders politiques dont Candide Azannaï et l’ancien président Nicéphore Soglo sont allés soutenir Atao Hinnouho en son domicile.