Spread the love

 unionfaitlanationIsmaël Azizou Issa, cultivateur et militant de l’Union fait la Nation s’adresse au président de l’Un. Dans une lettre ouverte en date du 1er juin, il suggère à tout le bureau politique d’envisager une ouverture à d’autres candidats qui ne sont pas membres de notre coalition, et qui ont les qualités et des chances pour diriger le Bénin.

Ismaël Azizou Issa,

Gogounou, le 1er juin 2015

Cultivateur,

Militant de l’Union fait la Nation

Tel : 9484747

 Lettre ouverte

 A

 Monsieur Bruno Amoussou

Président de l’Un

   Cotonou

 Objet : Désignation du candidat de l’Un pour la présidentielle de 2016

 Monsieur le Président,

 C’est un plaisir pour moi de vous adresser cette lettre au sujet de la vie de notre coalition ‘’Union fait la Nation’’. Je voudrais, avant tout, saluer la qualité avec laquelle vous dirigez, depuis des années, cette coalition, première force politique de l’opposition au Bénin. Je m’en voudrais de ne pas vous féliciter pour les efforts consentis et les différentes stratégies mises en œuvre pour la conquête du poste de président de l’Assemblée nationale du Bénin. C’est la preuve que votre équipe et vous, demeurez des acteurs incontournables en matière de politique au Bénin. Ce qu’il faut surtout saluer, c’est l’esprit d’ouverture politique dont a fait preuve notre coalition, l’Union fait la Nation lors des récentes élections législatives. De loin, nous suivons tout et je tiens personnellement à vous remercier d’être resté optimiste face à tout et de continuer par croire en cette alliance. Nous, militants, à la base, comptons sur vous pour des défis plus grands.

J’ai préféré l’option d’une lettre ouverte, car, je ne sais comment vous faire parvenir cette lettre, vue son importance pour moi. La distance qui sépare ma localité de Cotonou est très grande et je n’avais d’autres moyens que de vous parler publiquement. L’autre chose qui justifie cette option, est que j’ai voulu prendre l’opinion publique à témoin.

 Au vu des résultats obtenus lors des législatives du 26 avril dernier, il me parait nécessaire de vous proposer de faire une fois encore, l’ouverture de l’alliance Un à d’autres personnes pour le compte de la présidentielle prochaine au Bénin. L’Union fait la Nation doit contrôler le prochain pouvoir et nous permettre, militants à la base, de souffler un peu. Nous sommes déterminés et engagés derrière cette coalition. Car, nous croyons en sa victoire. L’option d’une candidature unique est bonne ; mais je suggère à tout le bureau politique d’envisager une ouverture à d’autres candidats qui ne sont pas membres de notre coalition, et qui ont les qualités et des chances pour diriger le Bénin. Je ne minimise pas ceux qui au sein de la coalition nourrissent l’ambition de défendre le drapeau de l’Un en 2016. Seulement, l’heure n’est plus aux essais. On doit gagner les élections de 2016. Pour cela, il faut un candidat de taille.

 En 2011, nous étions plus nombreux avec la Renaissance du Bénin (Rb) et le Parti du renouveau démocratique (Prd), et nous avons été battus K.o. Cette fois-ci, ces partis ne sont plus avec nous. Ce qui signifie que nous devons nous ouvrir à d’autres personnalités et formations politiques pour être sûr de gagner en 2016.

 Monsieur le président,

 Vous êtes d’accord avec moi que sans une ouverture vers les députés Candide Azannai, Joseph Djogbenou, Claudine Prudencio et autres, notre coalition n’était pas sûre d’obtenir un seul siège dans Calavi et Cotonou. On aurait aussi perdu le bureau de l’Assemblée nationale si on n’avait pas fait une ouverture vers les autres formations politiques. Vous devez tendre la main à d’autres personnalités ; voir parmi les candidats, celui qui peut affronter valablement nos adversaires politiques et créer une grande alliance pour le porter au pouvoir. A mon humble avis, cela nous arrangera mieux que de vouloir nécessairement choisir en notre sein pour échouer encore.

 C’est une suggestion que je fais, en tant que militant à la base et je compte sur vous pour ouvrir le débat très prochainement. Nous sommes à huit mois de l’élection et l’inquiétude nous gagne davantage ici, au nord. Car, on ne connait pas encore celui qui nous défendra en 2016. Nous sommes fatigués de rester dans l’opposition et nous comptons sur vous pour être au pouvoir en choisissant un candidat qui peut rassembler au-delà de l’Union fait la Nation.

 Dans l’espoir que le bureau politique tiendra compte de nos observations et suggestions, je vous prie de recevoir mes salutations militantes.

 Ismaël Azizou Issa Militant de l’Un