Spread the love

Accablés par la crise énergétique qui secoue le pays et la pénurie d’essence dans les stations-services, les Béninois ne savent plus à quel Saint se vouer. Ils ont attendu le sauveur autoproclamé Yayi sans avoir gain de cause !!! Et pourtant, dans ses pérégrinations pré-électorales pour convaincre les populations à voter pour sa liste législatives de 2015, Yayi avait dit qu’il est l’homme de toutes les réformes, l’homme au cœur de tout au Bénin : « Si vous voulez de l’eau, yinwè. L’électricité, yinwè. Les routes, yinwè. Les microcrédits, yinwè (…) ». Le roi des Fcbe avait voulu montrer qu’il est le « papa bonheur » des Béninois. Mais, il est devenu « papa malheur », comme Claudine Prudencio l’a si bien signifié, après avoir rompu les amarres du régime de tous les scandales. Sous Yayi, il est tout simplement difficile d’exister… Privé d’énergie électrique, d’essence et même d’eau, le peuple s’en remet à Dieu ! Sur le dossier du délestage, le roi des Fcbe est vraiment dépassé par les évènements. Il a déjà convoqué des séances de travail kilométriques au Palais de la Marina où des résolutions ont été prises… Pourtant, il n’y a rien… Le peuple souffle toujours le martyr avec des coupures intempestives de l’énergie électrique. Quid du directeur général de la Sbee ? Il s’est montré incapable comme son chef ! Face à la souffrance du peuple, Camille Kpogbémabou a demandé pardon ! Telle une marionnette manipulée par le maître du Palais de la Marina, il a présenté ses excuses aux populations meurtries après avoir été reçu en audience… Il est clair que le roi des Fcbe n’a pas voulu faire cet exercice. Kpogbémabou est alors l’homme qui peut bien faire le jeu. Et après le pardon ? La vie continue-t-ell ? Quelle solution le Dg Sbee peut-il apporter pour soulager les populations ? Il se cherche encore. Le Dg « téteur de sein » est vraiment face à une équation difficile. Lui qui aime magnifier le roi des Fcbe, et qui a même dit que les Béninois le regretteront après son départ en 2016, doit revoir sa copie. Quel Béninois équilibré peut regretter un homme qui a cultivé la haine, la division, la chasse aux opérateurs économiques et favorisé les scandales ? Quel Béninois équilibré peut regretter un homme dont le règne a été marqué par de si nombreuses crises, dont la crise énergétique aigue que vit le Bénin en ce moment ?

Avec toutes ces difficultés, le Dg doit comprendre que son « dieu » n’est rien d’autre qu’une vermine qui veut réduire le peuple au silence par la misère et les souffrances qui lui sont imposées. Il doit retirer toutes ses déclarations tendant à faire de lui un bienfaiteur pour le peuple. Si le roi des Fcbe est effectivement un homme qui gouverne pour le bonheur du peuple, pourquoi a-t-il cautionné le scandale de la centrale de Maria Gléta en acceptant que 45 milliards francs Cfa soient engloutis, alors que les résultats sont jusque-là catastrophiques ? Où se trouve la centrale électrique promise par le richissime homme d’affaires nigérian Aliko Dangoté ? Si le roi des Fcbe n’a pas pu répondre à ces interrogations, ce n’est pas le Dg Sbee qui pourra libérer les Béninois. Son échec était écrit depuis… Fervent défenseur du régime Yayi, il est train de vivre des moments difficiles. Plus le temps de téter… Encore qu’il ne trouvera pas de sein pour se donner ce plaisir…

A la tête de la Sonacop, Irénée Agossa ne fait pas mieux que le téteur en chef de la Sbee. Il tire même le diable par la queue. Incapable d’approvisionner les stations-services, il vit aussi des moments difficiles. Il a compris que diriger la Sonacop est plus usant que faire le tour des médias pour gloser à longueur de journée. Ce n’est pas non plus diriger un mouvement à deux personnes dénommé ‘’Le Nationaliste’’. Le qualiticien qui avait pourtant annoncé plusieurs théories sur les plateaux de radios et de télévisions, a lamentablement échoué. Lui qui se positionne comme un soutien sûr du roi Fcbe est aujourd’hui en quête de reconnaissance. La Sonacop l’a tellement malmené qu’il est difficile de croire que le secteur informel est à la base des difficultés que la société connaît depuis quelques jours. Et si effectivement le secteur informel plombe ses réformes, qu’a-t-il fait pour rendre la Sonacop incontournable sur le marché ? Où sont passées ses nombreuses théories ? Que Dieu sauve le Bénin ! Kpogbémabou et Agossa ne peuvent rien pour nous…

 Epiphane Axel Bognanho